Navigation – Plan du site
Articles de synthèse

Contribution méthodologique à l’analyse fonctionnelle des céramiques d’un habitat néolithique : l’exemple de Kovačevo (6 200-5 500 av. J.-C., Bulgarie)

Methodological approach of the pottery function from a neolithic settlement : example of Kovačevo (6200-5500 B.-C., Bulgaria)
Julien Vieugué, Sigrid Mirabaud et Martine Regert
p. 99-113

Résumés

L’analyse d’une centaine de vases parmi les plus complets a été réalisée afin d’appréhender leurs fonctions et modes d’utilisation. Une approche interdisciplinaire située à la frontière de l’archéologie, de la chimie et de la tracéologie a dès lors été développée. Elle combine analyse morphométrique des céramiques, caractérisation des résidus et observation des traces d’usure. Les récipients en terre cuite de l’habitat néolithique de Kovačevo ont, semble-t-il, connu un usage fréquent (usure prononcée de certains fonds, bases et préhensions de vases), des fonctions variées (préparation, cuisson, consommation et stockage) et ce dès le début de l’occupation du site. Ils forment un assemblage fonctionnel tout à fait cohérent de récipients. Cette batterie de cuisine fut par ailleurs conçue par des potiers qui, lors de la phase de fabrication des vases, ont opéré des choix dont une partie relève indiscutablement de facteurs fonctionnels. Pleinement intégrées aux diverses activités, ces toutes premières productions céramiques du Néolithique balkanique se différencient du point de vue de leur statut de celles du Néolithique grec. Ces dernières sont en effet considérées comme un bien de prestige. Les recherches futures viseront à comprendre les raisons de cette frontière culturelle : reflète-t-elle l’existence de deux courants diachroniques de néolithisation effectués par des populations attribuant une valeur différente à leurs récipients ou traduit-elle une évolution chronologique de la fonction des plus anciennes céramiques grecques ?

Haut de page

Notes de la rédaction

rec. Jan 2008 ; acc. Oct. 2008

Texte intégral

1. Introduction

1Le statut des premières productions céramiques du Néolithique gréco-balkanique fait depuis une vingtaine d’années l’objet d’un débat. Dans les Balkans, ces premières céramiques auraient participé aux diverses activités alimentaires, servant à la préparation, à la consommation, à la cuisson ou au stockage de denrées (Manson, 1995, p. 72 ; Nikolov, 1989). En Grèce, elles n’auraient servi ni à leur cuisson ni à leur stockage (Björk, 1995, p. 113-135 ; Youni, 1996, p. 185). Elles n’auraient été employées qu’en contexte cérémoniel ou rituel par une communauté restreinte d’individus (Vitelli, 1989, p. 22-27 ; Perlès et Vitelli, 1994,
p. 232). Les premières populations du Néolithique européen auraient donc accordé une place différente à leurs récipients.

2À la frontière de ces deux aires culturelles se trouve implanté le site de Kovačevo (Fig. 1). Cet habitat étendu a livré le plus ancien Néolithique actuellement connu en Bulgarie (Lichardus-Itten et al., 2002, p. 122). Son occupation débute aux alentours de 6 200 av. J.-C.

Figure 1 : Carte de répartition des principaux sites du Néolithique ancien de l’Europe Sud-orientale.
Figure1: Location of main early neolithic settlements from the South-east europe.

Figure 1 : Carte de répartition des principaux sites du Néolithique ancien de l’Europe Sud-orientale.Figure1: Location of main early neolithic settlements from the South-east europe.

( sites dont la céramique a fait à notre connaissance l’objet d’une analyse fonctionnelle approfondie. 1 – Franchti, 2 – Achilleion, 3 – Nea Nikomedeia). Les premières céramiques grecques seraient des biens de prestige ; celles de la péninsule balkanique plutôt des objets du quotidien.
( settlements of which ceramics function were studied. 1 – Franchti, 2 – Achilleion, 3 – Nea Nikomedeia). The first greek pottery would be prestigious goods unlike first balkan ceramics, items of daily life.

3Le site a été fouillé sur une surface de 1 800 m2 par une équipe franco-bulgare codirigée par Jean-Paul Demoule, Marion Lichardus-Itten, Vassil Nikolov et Lilijana Perničeva. Il a livré vingt-trois tonnes de céramiques. Récipients et réutilisations de leurs fragments y ont été identifiés. La position géographique et chronologique de cet habitat néolithique tout autant que les caractéristiques du corpus céramique nous ont conduit à nous interroger sur la fonction et le statut de ces toutes premières productions.

4À l’examen de la littérature traitant de la fonction des récipients, il s’avère que plusieurs approches complémentaires élaborées dans divers champs disciplinaires ont été envisagées. Paradoxalement, elles n’ont été que très rarement combinées, malgré le caractère heuristique que cela aurait représenté. Morphologie des récipients, traces d’usure (Griffiths, 1978 ;
Skibo, 1992) et résidus organiques (Evershed et al., 1992 ; Heron et Evershed, 1993 ; Evershed et al., 1997 ; Regert et al., 1999 et 2003 ; Regert, 2007) ont en effet souvent été analysés distinctement, sans être corrélés.

5Afin d’appréhender la fonction des récipients et leurs modes de fonctionnement dans toute leur complexité et diversité, nous avons commencé à élaborer une méthode d’étude située à l’interface de l’archéologie, de la chimie et de la tracéologie (Orton et al., 1993, p. 217-228 ; Heron et Evershed, 1993, p. 247-249). Les recherches mises en œuvre sur le vaste corpus céramique de Kovačevo se sont principalement cantonnées à la prise en considération des récipients les plus complets des secteurs E et K, soit une centaine de vases
(Lichardus-Itten et al., 2002, p. 107). Elles ont également concerné le millier de résidus adhérant aux fragments de vases des secteurs I et B et quelques-uns des dépôts identifiés à la surface interne de vases issus des secteurs A et G.

6Cet article, consacré à l’analyse fonctionnelle des céramiques de ce site, présente la méthode d’étude et les premiers résultats obtenus. Ces derniers ont permis de statuer sur la place et l’importance socio-économique des plus anciennes productions céramiques du Néolithique balkanique.

2. Méthode d’échantillonnage et critères considérés

  • 1 . Ce terme englobe l’ensemble des modifications de l’état de surface des fragments de céramique. Ce (...)

7L’étude de la céramique de l’habitat néolithique de Kovačevo a débuté en 2002 sous la direction de Laure Salanova. Dix-huit des vingt-trois tonnes de mobilier exhumé ont, par la mise en place d’une méthode appropriée, d’ores et déjà été triées et enregistrées (Salanova, 2002 ; Salanova, 2008). Pour les secteurs E et K, plus de quatre tonnes ont été enregistrées. La première étape de l’analyse fonctionnelle de la céramique a donc consisté sur ce site en un échantillonnage raisonné du matériel à étudier. Souhaitant corréler les altérations d’utilisation à la morphométrie des récipients, nous nous sommes focalisés sur les vases les plus complets du corpus. Nous avons, à partir de l’enregistrement général de la céramique, isolé les vases dont le profil était soit complet, soit en grande partie reconstitué (aux trois-quarts, à moitié ou au tiers). Nous avons également isolé les rares fragments de récipients dont les caractéristiques morphologiques étaient susceptibles de nous renseigner sur la fonction des céramiques dont ils provenaient (tessons à perforations multiples, munis de goulots ou de becs verseurs). Cent cinquante-six individus ont ainsi été extraits du corpus. Les surfaces de ces cent cinquante-six vases ont été examinées afin d’en identifier les altérations 1. Nous n’avons finalement retenu et enregistré que cent un de ces individus. Ils comprennent:

  1. Les vases à profil complet. Eux seuls ont permis une analyse morphométrique fine des céramiques.

  2. Les vases ayant révélé des altérations d’utilisation à leurs surfaces. Leur étude a conduit à l’identification la plus fine de la fonction des céramiques et a permis de comprendre le mode de fonctionnement des récipients.

  3. Les fragments de vases à paroi perforée, munis d’un goulot ou d’un bec verseur. Ils nous ont directement renseigné sur la fonction primaire des récipients.

8Cette approche qualitative fine du corpus basée sur l’étude des individus les plus restitués a été complétée par l’échantillonnage systématique des fragments de céramiques des secteurs I et B auxquels adhéraient des résidus. Neuf cent quinze tessons ont ainsi été isolés du mobilier des deux secteurs concernés.

9L’enregistrement des individus les plus complets a pris en compte les caractéristiques morphologiques et techniques des céramiques (types de préhensions et d’assise, traitements de surface y compris le décor), leurs dimensions (hauteur, diamètres, épaisseur des parois, volume) et leurs altérations d’utilisation (nature, localisation, étendue, couleur, texture et aspect de leur surface). En revanche, leur contexte de découverte n’a que très peu été considéré. Les récipients en terre cuite ont généralement été retrouvés sur ce site sous forme détritique (Demoule et Lichardus-Itten, 2001, p. 89-90). Même ceux mis au jour in situ ont été le plus souvent trouvés retournés, en position non fonctionnelle. Aucune structure ni artefact témoin de leur dernière utilisation ne leur étaient associés. Le contexte archéologique de mise au jour des céramiques ne constitue donc pas, à Kovačevo, une source informative de premier ordre pour la détermination de la fonction des vases. Les interprétations fonctionnelles proposées ont donc uniquement reposé sur l’analyse croisée de la morphométrie des céramiques et de leurs altérations d’utilisation. L’enregistrement des divers critères intrinsèques considérés a été complété par un archivage photographique exhaustif des altérations d’utilisation identifiées. Les résidus adhérant à la surface interne de la plupart des vases étudiés ont été prélevés, afin d’être analysés et identifiés 2.

10L’enregistrement des neuf cent quinze fragments de récipients ayant livré des résidus a été réalisé séparément. Bien que moins détaillé que celui des individus les plus complets, il a permis d’affiner la relation forme/contenu/fonction.

3. Morphométrie et décor des récipients en terre cuite : définition de « catégories fonctionnelles » de vases

11L’utilisation des récipients a souvent été déduite de l’étude morphologique des céramiques (Henrickson, 1990 ; Martinez, 1993 ; Tsirtsoni, 1997). Cette approche repose sur l’existence théorique d’une relation entre la forme des vases et leur fonction. Elle s’appuie plus généralement sur le concept de contraintes fonctionnelles, lesquelles inciteraient l’homme à concevoir une poterie dont la forme, les dimensions, le volume mais aussi les propriétés mécaniques et thermiques sont adaptés à sa fonction primaire (Gardin, 1979, p. 118-134 ; Steponaitis, 1984, p. 106-108 ; Hally, 1986 ; Tsirtsoni, 2001, p. 1-3). Plusieurs études ont pourtant démontré l’absence de corrélations entre la fonction d’un vase et ses caractéristiques morphologiques ou physiques (De Ceuninck, 1994, p. 164 ; Regert et al., 1999, p. 97 ; Tsirtsoni et Youni, 2000, p. 85).Elles nous ont amené à considérer la morphométrie des céramiques comme un indicateur, n’offrant qu’une détermination hypothétique très générale de la fonction des vases.

12Les cent un individus retenus ont dans un premier temps été classés afin de pouvoir les interpréter en termes de fonctions supposées. Cette « classification fonctionnelle » des vases s’est construite sur une sélection hiérarchisée de quatre critères : degré d’ouverture, décor externe des vases, type de préhensions et d’assise. Ces quatre critères se sont avérés à Kovačevo suffisants pour appréhender la fonction supposée des récipients. Nous n’avons donc pas considéré le profil des poteries. Cela n’aurait de toute façon pas permis de préciser les interprétations proposées, les vases même carénés ayant pu être utilisés au-dessus d’un foyer (Woods, 1986, p. 163). Les variables des quatre critères considérés ont quant à elles été définies par le regroupement d’éléments, offrant aux récipients des contraintes et possibilités fonctionnelles comparables. Par exemple, les boutons perforés rendant possible la suspension des vases ont été dissociés des mamelons et languettes facilitant leur transport. Ces variables ont par la suite été codées (Tableau 1), puis combinées (Tableau 2). Les vases ayant pour point commun l’ensemble des critères enregistrés ont été réunis en types. Une fois établis, ces types ont été regroupés en catégories. Elles rassemblent tous les types de vases dont les contraintes et possibilités fonctionnelles sont identiques. Par exemple, les récipients faciles à obturer et pouvant être suspendus ont été regroupés dans une seule et même catégorie.

Tableau 1 : Codage des variables des critères retenus pour la classification morphométrique des céramiques.
Table 1: Coding of criteria kept for the ceramics classification.

Tableau 1 : Codage des variables des critères retenus pour la classification morphométrique des céramiques.Table 1: Coding of criteria kept for the ceramics classification.

Le degré d’ouverture des vases a été estimé sur la base du rapport entre le diamètre d’ouverture et le diamètre maximum. F1 correspond aux vases dont l’embouchure est très fermée, F2 aux vases dont l’embouchure est légèrement fermée, O1 aux céramiques légèrement ouvertes et O2 aux récipients dont l’ouverture est très prononcée.

Tableau 2 : Codage de la morphométrie complète des céramiques et interprétations fonctionnelles des vases.
Table 2: Coding of whole forms and their functional interpretations.

Tableau 2 : Codage de la morphométrie complète des céramiques et interprétations fonctionnelles des vases.Table 2: Coding of whole forms and their functional interpretations.

Le codage de la seconde colonne correspond à la combinaison du codage des différents critères décrits dans le tableau 1. Par exemple, le code O2-00a est à lire ainsi : vase légèrement ouvert [O2], sans décor [0], sans préhension [0], reposant sur une base [a].

13Les vases de Kovačevo ont été réunis en douze catégories dont six sont interprétables en terme fonctionnel (Fig. 2). Quatre d’entre elles ont été déduites de la spécificité morphologique et technique de certains fragments de céramiques, le mobilier étudié étant très fragmenté.

Figure 2 : Exemple de vases représentatifs des différentes catégories morphométriques de céramiques.
Figure 2: Example of vessels representative of different ceramics forms.

Figure 2 : Exemple de vases représentatifs des différentes catégories morphométriques de céramiques.Figure 2: Example of vessels representative of different ceramics forms.
  1. La première des catégories définies regroupe les formes basses dont l’ouverture est très large et la profondeur relativement faible (vases codés O2-00a ; O2-00b ou O2-10b). Ces deux particularités sous-tendent une fonction impliquant un accès aisé au contenu comme la préparation alimentaire ou la consommation (Rice, 1987, p. 225-226).

  2. La deuxième catégorie réunit une partie des formes basses peu ouvertes (vases codés O1-01a ou O1-03a). La présence récurrente de préhensions (anses ou languettes) en constitue la spécificité. Celles-ci indiquent vraisemblablement le déplacement fréquent de tels récipients. Aucune fonction ne peut cependant être déduite de leur morphométrie.

  3. La troisième catégorie regroupe des formes basses légèrement ouvertes ou peu fermées (vases codés F2-00a ; F2-04a ou O1-00a). Les vases concernés n’ont ni décor ni préhension, à l’exception de rares bossettes. Leur morphologie ne fournit aucune indication quant à leur probable utilisation.

  4. La quatrième catégorie définie rassemble toutes les formes basses peintes peu ouvertes ou fermées. Elle comprend également les récipients munis d’un pied (vases codés F2-00b ; F2-00c ; F2-10a ; F2-10b ; F2-10c ; F2-14a ; O1-00b ; O1-00c ou O1-10b). Tous ces vases ne peuvent en théorie être utilisés au-dessus d’un foyer.

  5. La cinquième catégorie ne comprend qu’une seule forme basse dont l’ouverture carrée en fait la particularité (vase codé F2-20a). Ce vase est par ailleurs rehaussé d’un décor incisé. Sa singularité nous laisse présager une fonction spécifique, encore non-établie.

  6. La catégorie six correspond à une forme haute légèrement fermée (vase codé F2-03a). Ce vase est muni de mamelons et n’est pas décoré. Aucune interprétation fonctionnelle ne peut être avancée. Seul un déplacement fréquent de ces récipients peut être suggéré.

  7. La septième catégorie définie se compose aussi de formes hautes (vases codés F1-02a). Rarement décorées, elles se caractérisent par leur embouchure fermée et la présence systématique de boutons à perforation verticale. Elles peuvent donc être facilement obturées et suspendues. Tous ces éléments en font des récipients particulièrement bien adaptés à la conservation de denrées (Rice, 1987, p. 225-226).

  8. La catégorie huit ne comprend qu’une forme haute dont l’embouchure est extrêmement fermée (vase codé F1-04a). Ce vase retrouvé in situ contenait les restes inhumés d’un nouveau-né (Lichardus-Itten et al., 2002, p. 116).

  9. La neuvième catégorie regroupe tous les récipients de très petites dimensions dont les surfaces ont été laissées brutes de façonnage.Ces micro-vases se distinguent clairement du reste du corpus.

  10. La dixième comprend les vases de très grande dimension dont l’existence n’est attestée que par la taille et l’épaisseur importante de certains fragments de récipients. La surface externe de ces tessons est généralement barbotinée. Leur surface interne revêt souvent un engobe épais particulièrement soigné. Ces récipients semblent donc, par les traitements de leur surface et l’épaisseur importante de leur paroi, bien adaptés au stockage en masse de denrées (Henrickson et Mc Donald, 1983, p. 635-638).

  11. La onzième catégorie comprend l’unique vase à paroi perforée des deux secteurs étudiés. De petite dimension, celui-ci a vraisemblablement permis la séparation d’un produit liquide à semi liquide d’une fraction solide (Rottländer, 1988 ; Bourgeois et Gouin, 1990 ; Regert et al., 2001)

  12. La douzième et dernière catégorie réunit les deux céramiques munies l’une d’un goulot et l’autre d’un bec verseur. Ces récipients semblent, en raison de ces aménagements, bien adaptés au transvasement fréquent d’un contenu liquide ou solide à granulométrie fine (Malamidou, 2004, p. 226).

14Pour seulement six de ces douze catégories, une interprétation fonctionnelle peut être proposée : vases appropriés à la préparation ou à la consommation alimentaire (catégorie une), récipients adaptés à la conservation de denrées (catégories sept et dix), vases n’ayant pas pu être utilisés au-dessus d’un foyer (catégorie quatre), céramiques ayant permis la séparation d’un produit liquide à semi liquide d’une fraction solide (catégorie onze), vases adaptés au transvasement d’un produit (catégorie douze). L’identification de la fonction des vases reste donc par cette approche complexe, hypothétique et limitée à une partie des récipients considérés. Il s’avérait dès lors nécessaire d’analyser la contenance des poteries afin d’affiner les premières interprétations proposées.

15Le volume des vases est l’un des éléments les plus discriminants de la fonction des récipients car il est directement lié aux possibilités de manutention des vases (Echallier et Courtin, 1994, p. 132 ; Rice, 1987, p. 215-219). Ce volume a été calculé pour les soixante-dix individus à profil complet. Pour le mesurer, nous avons utilisé la formule de calcul du volume d’un tronc de cône ((R12 + R22 + R1xR2) x (x h / 3)), après avoir subdivisé la contenance du vase en une série de ce volume simple (Fig. 3) (Rigoir, 1981, p. 193).Cet échantillonnnage par profil permet non seulement le calcul précis du volume des céramiques mais aussi celui de récipients de formes complexes et variées. Il s’avère donc bien adapté au corpus étudié. L’approche volumétrique des céramiques a mis en évidence le large spectre des contenances de récipients, variant de quelques millilitres à une dizaine de litres (Fig. 4). Exceptées quelques ruptures, cet histogramme forme un continuum. Les vases à capacité élevée y sont peu représentés, malgré leur existence attestée par l’abondance de grands et épais fragments de récipients (Demoule et Lichardus-Itten, 2001, p. 89). Nous nous sommes donc interrogés sur la représentativité des différentes catégories de taille des vases. Les grands récipients, n’ayant généralement pas leur profil complet conservé, n’ont pas eu leur volume calculé. Ils sont donc sous-représentés (Vieugué, 2006, p. 25). Ce biais lié à l’importante fragmentation du mobilier rend ininterprétable les quelques ruptures observées qui peuvent en résulter. Il rend tout aussi complexe l’interprétation du volume des vases. Nous ne pouvons tout au plus que soupçonner, au vue des contenances variées, la diversité fonctionnelle des récipients. Cette hétérogénéité des volumes semble par ailleurs indiquer que les potiers n’ont pas recherché un volume particulier relativement standardisé. Ils ont en revanche cherché à faciliter la manutention de la plupart des vases de grande taille. Ces derniers sont en effet bien plus fréquemment munis de préhensions que les vases de petite contenance (Fig. 5). Les préhensions n’avaient donc, semble-t-il, sur ce site pas uniquement un rôle décoratif.

Figure 3 : Quantification de la contenance des récipients par échantillonnage par profil.
Figure 3: Method applied to the whole vessels for calculating their capacity.

Figure 3 : Quantification de la contenance des récipients par échantillonnage par profil.Figure 3: Method applied to the whole vessels for calculating their capacity.

Figure 4 : Hiérarchisation croissante de la contenance des soixante-dix récipients à profil complet des secteurs E et K.
Figure 4: Capacity of seventy whole vessels from sectors E and K.

Figure 4 : Hiérarchisation croissante de la contenance des soixante-dix récipients à profil complet des secteurs E et K.Figure 4: Capacity of seventy whole vessels from sectors E and K.

Figure 5 : Distribution des vases munis de préhensions (en gris) et sans préhensions (en noir) en fonction du volume des récipients.
Figure 5: Distribution of vessels with handles among the seventy whole ceramics according to their capacity.

Figure 5 : Distribution des vases munis de préhensions (en gris) et sans préhensions (en noir) en fonction du volume des récipients.Figure 5: Distribution of vessels with handles among the seventy whole ceramics according to their capacity.

16La confrontation des caractéristiques morphométriques et du volume des céramiques a permis, au-delà de l’identification de la fonction, d’aborder la question de l’adaptation des vases à leur premier usage. L’analyse de tels critères n’a cependant permis qu’une détermination partielle de la fonction des récipients. Il s’avérait donc nécessaire d’étudier les traces résultant de leur utilisation. À Kovačevo, ces utilisations ont provoqué la formation de deux principaux types d’altérations : les résidus et les traces d’usure. Ces deux types, bien que résultant de l’usage des vases, n’ont pas le même potentiel informatif. Ils seront par conséquent traités indépendamment.

4. Les résidus adhérant à la surface interne des vases : des indications sur le contenu des récipients

17Sur les cent un individus retenus, seuls douze ont révélé des résidus visibles à la surface interne des vases. Ces résidus ont été classés en deux catégories définies à partir de leur couleur, de leur texture, de leur état de surface et de leur localisation préférentielle sur le vase. La première se compose de résidus poudreux noirs à surface irrégulière. Ces résidus carbonisés se concentrent généralement au niveau des fonds de récipients. La seconde catégorie regroupe l’ensemble des résidus blancs à beiges. Leur surface est généralement lisse ; ils adhérent beaucoup plus fortement à la paroi des vases. Ces différents types de résidus identifiés semblaient indiquer le contenu varié des récipients. Ils ont été, en l’absence de morphologie visible, caractérisés par analyses physico-chimiques.

18En raison de la conservation et de la restauration de certains vases des secteurs E et K, seuls quatre des douze résidus identifiés ont pu être prélevés et analysés (soit cinq échantillons). Nous avons donc également prélevé sur trois des vases issus de la fouille des secteurs A et G (trois échantillons), sur cinq tessons du secteur E (sept échantillons) et sur deux tessons du sondage 7 (quatre échantillons).

Échantillonnage et prélèvements

19Plusieurs auteurs ont montré que les matériaux organiques autrefois contenus dans les céramiques ont pu imprégner la paroi poreuse des vases et se conserver (Charters et al., 1993 ; Heron et Evershed, 1993). De ce fait, nous avons systématiquement prélevé et analysé séparément les encroûtements et fragments de récipients auxquels ils adhéraient. Un corpus de dix-neuf échantillons a été sélectionné (Tabl. 3). Il comprend :

  1. Quatre encroûtements carbonisés adhérant à quatre tessons présentant des traces d’imprégnation à l’intérieur de la pâte céramique (Kov 64807 4R + 4T ; Kov 64808 5R + 5T ; Kov EL923 6R + 6T ; Kov EL894 7R + 7T),

  2. Sept tessons imprégnés sans résidu de surface conservé (Kov G264 1T ; Kov EL893 8T ; Kov A490 10T ; Kov E495 11T ; Kov K733 12T ; Kov EL1970 13T ; Kov EL1970 14T),

  3. Un fragment sans résidu ni imprégnation visibles (Kov A491 9T),

  4. Un encroûtement beige et le tesson associé (Kov K313 2R + 2T),

  5. Un résidu beige, sans que puisse être prélevé, pour des raisons de conservation du vase, un fragment de la céramique auquel il adhérait (Kov K215 3R).

20Les dix-neuf échantillons ont été prélevés sur quatorze récipients dont sept avaient leur profil complet conservé. Ils ont été volontairement prélevés sur des vases de formes variées, correspondant aux différentes périodes chronologiques du site. Quatre d’entre eux ont été prélevés in situ pendant la fouille, afin de juger du degré de conservation de la matière organique sur le site.

Méthodologie analytique et conditions d’analyse

21Face à des résidus de nature inconnue, nous avons élaboré une méthodologie analytique spécifique, qui comprend deux étapes (Fig. 6) :

  1. La première a consisté à analyser les résidus de surface en spectrométrie infrarouge (IRTF). Ces analyses préliminaires ont offert un aperçu de la nature des matériaux conservés. Elles ont ainsi permis d’appliquer par la suite les techniques analytiques les plus appropriées pour les caractériser.

  2. La seconde étape a consisté à analyser en chromatographie en phase gazeuse (CPG) les matériaux organiques et en microscopie électronique à balayage (MEB) les résidus minéraux.

Figure 6 : Stratégie analytique mise en œuvre pour l’analyse des résidus de Kovačevo.
Figure 6: Analytical strategy applied to the residues and potsherds from Kovačevo.

Figure 6 : Stratégie analytique mise en œuvre pour l’analyse des résidus de Kovačevo.Figure 6: Analytical strategy applied to the residues and potsherds from Kovačevo.

(IRTF : Spectrométrie Infrarouge à R-Transformée de Fourier ; MEB : Microscopie Électronique à Balayage ; HT CPG : Chromatographie en Phase Gazeuse Haute Température.)
(FTIR: Fourier Transform Infrared spectroscopy; SEM: Scanning Electron Microscopy; HT GC: High Temperature Gas Chromatography.)

22La stratégie analytique mise en œuvre résulte de l’adaptation de méthodologies éprouvées par ailleurs que ce soit pour la caractérisation de matériaux organiques amorphes (Regert et al., 2003 ; Regert et al., 2006a ; Regert et al., 2006b ; Regert et al., 2006c ; Regert, 2007 ; Regert et al., soumis) ou celle de résidus minéraux.

Spectrométrie Infrarouge à Transformée de Fourier (IRTF)

23Les résidus visibles adhérant à la surface de fragments de récipients ont d’abord été prélevés à l’aide d’une lame de scalpel stérile, puis ont été analysés. Les spectres ont été obtenus par transmission avec une cellule diamant de compression sur un spectromètre Perkin-Elmer Spectrum 2000 à transformée de Fourier. Avant chaque analyse, un blanc a été réalisé afin de soustraire la contribution environnementale (CO2, vapeur d’eau) et le bruit instrumental au spectre final. Le signal a été mesuré sur une gamme spectrale allant de 4000 à 300 cm-1 avec une résolution de 4 cm-1 et une accumulation de 10 scans.

Observations et analyses en microscopie électronique à balayage (MEB)

24L’analyse des résidus minéraux a été entreprise sur un microscope de type JEOL JSM-840 équipé d’un détecteur Energy Dispersive X-ray. Les mesures ont été effectuées à 20 keV avec un courant avoisinant les 10-10-10-9 A. Avant d’être analysés, les échantillons ont été inclus dans une résine araldite, puis polis et métallisés.

Analyses en chromatographie en phase gazeuse haute température (HT CPG)

25Seuls les tessons (2 g environ) et les encroûtements noirs carbonisés (environ 200 mg) ont été analysés par cette méthode, à la suite d’une préparation appropriée des échantillons. Après broyage des prélèvements et ajout d’un standard interne (n-tétratriacontane, 20 l, 1 g/l), l’extraction a été réalisée par mise en suspension des échantillons dans un mélange de dichlorométhane/méthanol (grade HPLC, 2/1 v : v). Ils ont ensuite été mis aux ultrasons (2 x 15 minutes). Le surnageant récupéré a été centrifugé (20 minutes, 3 000 tours/min). L’extrait obtenu a été évaporé à sec, puis repris dans 500 l de solvant (dichlorométhane/méthanol 2/1 v : v). Une partie de cet extrait lipidique total (100 l) a été prélevée. Après évaporation à sec du solvant sous un courant d’azote, la dérivation a été réalisée par ajout de 50 l de BSTFA (bis-triméthyl-silyl-trifluoroacétamide), à 80 °C pendant 30 minutes. À la suite de l’évaporation à sec du réactif en excès, l’extrait dérivé a été repris dans 30l de cyclohexane. 1l de cette solution a été injectée dans le chromatographe.

26Les composés moléculaires ont été séparés sur une colonne apolaire (CP-SIL 5CB, 15 m, 0,32 mm diam. interne, 0,1 m épaisseur de phase). L’injecteur on column a été utilisé en mode track oven. La température du four a suivi la programmation suivante : de 50 °C (une minute) à 350 °C (10 minutes) à une vitesse de 10 °C/min. Le débit du gaz vecteur (hélium) a été programmé comme suit : de 2 ml/min (17 minutes) à 4 ml/min (5 minutes) puis à 6 ml/min (15 minutes) par pas de 1 ml/min. Le détecteur à ionisation de flamme (FID) a été maintenu à 350 °C. Les molécules ont été identifiées par comparaison de leur temps de rétention avec ceux de composés de référence.

Caractérisation des résidus

27Ces techniques analytiques ont permis l’obtention d’empreintes spectrales et chromatographiques caractéristiques des différents constituants du matériau analysé.

Identification des résidus minéraux beiges

28Les résidus beiges ont fourni des empreintes infrarouges similaires. Ces dernières, présentaient des bandes de vibration caractéristiques des liaisons carbonates CO32- et phosphates PO43- (Fig. 7). Elles ont permis d’identifier la nature osseuse du matériau analysé (Reiche et al., 2002). Cette identification a été confirmée par l’analyse de l’un de ces deux encroûtements au MEB. Le résidu analysé était en effet principalement constitué de calcium et de phosphore (Fig. 8). Homogène, ce dépôt parait surtout compact, ce qui laisse supposer que les os ont été réduits à l’état de poudre. L’identification de poudre d’os ne rend pas pour autant plus aisée la détermination de la fonction des vases. Les besoins auxquels peut répondre une telle préparation sont en effet multiples. Celle-ci aurait très bien pu servir par son application intentionnelle de revêtements. Elle a pourtant été identifiée à la surface interne de vases soigneusement engobés. Elle n’a donc vraisemblablement pas été utilisée pour imperméabiliser. Cette poudre d’os aurait pu aussi servir à l’ornementation de récipients, tant sa couleur beige et sa texture sont comparables à certaines peintures de vases (Salanova, 2007, p. 8). Cependant, l’analyse d’une d’elles en IRTF a montré sa composition argileuse (Fig. 9). Les vases n’ont donc a priori pas servi à la préparation de peintures. Cette pâte a pu servir d’engrais ou de colle (Audry, 1935). Elle a aussi pu être consommée par les premiers néolithiques (Binford, 1981, p. 147-148 ; Hirsch, 1990 ; Leechman, 1951, p. 355 ; Outram, 2005). Cette bouillie d’os aurait fourni à l’organisme un apport non négligeable en calcium pouvant même se substituer aux produits laitiers (Lasota-Moskalewska et al., 1997, p. 30-31 ; Vehik, 1977, p. 171). L’identification de la fonction des vases ayant contenu cette poudre d’os reste donc pour l’heure indéterminée.

Figure 7 : Spectre IR obtenu sur l’échantillon Kov K215 3R, caractéristique d’une matière osseuse.
Figure 7: Infrared spectrum obtained on the sample Kov K215 3R, characteristic of bone material.

Figure 7 : Spectre IR obtenu sur l’échantillon Kov K215 3R, caractéristique d’une matière osseuse.Figure 7: Infrared spectrum obtained on the sample Kov K215 3R, characteristic of bone material.

Figure 8 : Image et spectre obtenus au MEB sur l’échantillon Kov K313 2R.
Figure 8: BSE (Back Scattering Electron) image and EDX (Energy-Dispersive Xray) spectrum obtained on the sample Kov K313 2R, characteristic of bone material.

Figure 8 : Image et spectre obtenus au MEB sur l’échantillon Kov K313 2R.Figure 8: BSE (Back Scattering Electron) image and EDX (Energy-Dispersive Xray) spectrum obtained on the sample Kov K313 2R, characteristic of bone material.

Figure 9 : Spectre IR obtenu sur l’échantillon Kov 2258, caractéristique d’une matière argileuse.
Figure9: Infrared spectrum obtained on the sample Kov 2258, characteristic of clay material.

Figure 9 : Spectre IR obtenu sur l’échantillon Kov 2258, caractéristique d’une matière argileuse.Figure9: Infrared spectrum obtained on the sample Kov 2258, characteristic of clay material.

Figure 10 : Chromatogramme obtenu sur l’échantillon Kov G264 1T, caractéristique de graisses animales (SI = Standard interne).
Figure 10: Gas chromatogram obtained on the sample Kov G264 1T, characteristic of animal fats.

Figure 10 : Chromatogramme obtenu sur l’échantillon Kov G264 1T, caractéristique de graisses animales (SI = Standard interne).Figure 10: Gas chromatogram obtained on the sample Kov G264 1T, characteristic of animal fats.

Identification des résidus carbonisés

29Sur les seize tessons et résidus carbonisés analysés en CPG, quinze n’ont pas fourni d’empreinte chromatographique interprétable. La conservation des matériaux lipidiques s’avère donc très mauvaise, que ce soit pour les échantillons prélevés lors la fouille ou dans les réserves. Il s’agit probablement d’une dégradation due à l’enfouissement de ces vestiges plus qu’à leur stockage. Le seul chromatogramme interprétable a été obtenu sur l’échantillon Kov G264 1T. Celui-ci contient un ensemble de biomarqueurs (triglycérides) et de marqueurs de dégradation (diglycérides et acides gras) caractéristiques de matières graisses animales (Fig. 10) (Evershed et al., 2002). Le vase G264 avait donc probablement une fonction culinaire (Charters et al., 1995 ; Evershed et al., 1997 ; Regert et al., 1999, p. 97 ; Mirabaud, 2007 ; Mirabaud et al., 2007).

5. Les traces d’usure, témoins du mode de fonctionnement des récipients

30Les traces d’usure sont bien plus fréquentes que les résidus visibles à la surface des récipients. Elles ont été reconnues sur 36 individus. Elles se manifestent sous forme de traces d’abrasion ou de rayures. Le premier type d’usure se retrouve de manière préférentielle sur les fonds, bases et préhensions des vases. Le second n’altère que les panses de récipients. Ces usures, en raison de leur nature et de leur localisation sur le vase, traduisent le fonctionnement des récipients dont il convient de comprendre les modalités. Leur étude s’avère donc importante mais aussi complémentaire de l’analyse des résidus (Griffiths, 1978).

31Sur les cent un vases étudiés, cinq ont leur fond usé (intérieur) comme abrasé. L’usure y est peu marquée, n’ayant entraîné que la disparition de l’engobe (Fig. 11a). De forme circulaire, elle délimite une aire préférentielle de contacts avec un élément externe qui, par son action répétée, en a provoqué la formation. Tant l’homogénéité de l’abrasion que l’absence de rayures invitent à penser que l’élément concerné avait une extrémité large et arrondie (pilon ? cuillère ?). Il se peut donc que ces vases aient participé au broyage d’un matériau ou au mélange de divers ingrédients (Rice, 1987, p. 234 ; Orton et al., 1993, p. 223).

Figure 11 : Traces d’usure observées sur les fonds, bases et préhensions des vases.
Figure 11: Abrasive use-wears observed on the bottoms, bases and ceramics handles.

Figure 11 : Traces d’usure observées sur les fonds, bases et préhensions des vases.Figure 11: Abrasive use-wears observed on the bottoms, bases and ceramics handles.

(a) traces observées au niveau du fond (intérieur) de l’individu E1231 ; (b) Traces observées au niveau de la base (extérieur) de l’individu E1784 ; (c) Traces identifiées au niveau de la perforation d’un des boutons de l’individu E1784.
(a) Use-wears identified on the bottom (on the inside) of the vessel E1231; (b) Use-wears identified on the base (on the outside) of the vessel E1784; (c) Use-wears observed on the perforated handles of the vessel E1784.

32Près d’un tiers des individus analysés ont leur base usée (extérieur) à des stades plus ou moins avancés. Alors que l’usure périphérique de certaines assises se limite à la suppression de l’engobe, l’usure couvrante d’autres a conduit à leur totale déformation (Fig. 11b). Bien que la nature de la surface rentrant en contact avec la base des vases influe sur le type d’usure produit, ces différences d’abrasion ne peuvent témoigner que de la durée de vie plus ou moins limitée des poteries. Elles prouvent pour celles dont les assises sont les plus usées leur longue ou fréquente utilisation(Skibo, 1992, p. 114). Paradoxalement, les trous de réparations sont extrêmement rares à tel point qu’aucune perforation post-cuisson n’a pu sur le corpus étudié être rattachée à la consolidation de la paroi des vases. Les récipients ont donc été sujets à une utilisation poussée sans qu’ils ne fassent fréquemment l’objet de réparations par perforation.

33Cette utilisation poussée a aussi été remarquée sur certains récipients munis de boutons perforés que l’abrasion a totalement déformé jusqu’à les rendre inutilisables pour la suspension des vases (Fig. 11c). Ces boutons perforés n’avaient donc pas uniquement une valeur décorative puisqu’ils étaient utilisés. Les vases concernés ont aussi leur base abrasée. Ces récipients ont donc connu de manière successive ou alternative deux modes de fonctionnement : suspendus ou reposant sur leur base.

34Les panses n’ont pas été usées par abrasion. Elles présentent en revanche de nombreuses rayures. Ces stries ont été identifiées sur la surface externe des vases. Elles se concentraient principalement au niveau de leur diamètre médian. Dans ce cas précis, les rayures étaient courtes et unidirectionnelles (Fig. 12a). Elles pourraient résulter du frottement des vases sur le sol, lors de leur lavage (Skibo, 1992, p. 122-125). Les autres rayures observées sont de longueur variée ; elles ne sont pas organisées (Fig. 12b). Leur identification n’apporte aucune information.

Figure 12 : Traces d’usure observées sur les panses de récipients.
Figure 12: Use-wears observed on the ceramics body.

Figure 12 : Traces d’usure observées sur les panses de récipients.Figure 12: Use-wears observed on the ceramics body.

(a) rayures courtes et unidirectionnelles identifiées à la surface externe de l’individu E838 ; (b) Rayures longues d’orientation variée observées à la surface externe du même individu.
(a) Short scratches identified on the external surface of the vessel E838; (b) Long scratches observed on the external surface of the same vessel.

35La caractérisation des résidus, nous l’avons vu, s’avère être l’une des approches les plus discriminantes de la fonction des récipients. L’étude des traces d’usure n’en est pas pour autant moins importante (Vieugué, 2005, p. 83).

6. Relations entre caractéristiques morphométriques des vases et traces d’utilisation : une adaptation des récipients à leur fonction ?

L’étude préliminaire conduite sur la morphométrie des céramiques et sur leurs altérations d’utilisation a montré la pertinence de ces critères dans le cadre de l’analyse fonctionnelle de vases. Dès lors, il convient d’établir les rapports qu’entretiennent ces différents critères. Cette approche a permis d’affiner les premières interprétations fonctionnelles proposées.

En raison du faible nombre de résidus encore analysés et caractérisés, l’étude de la relation forme/contenu/fonction n’a pu être menée qu’une fois les résidus des autres secteurs examinés. Pour les mêmes raisons, nous avons été contraints de considérer les vases présentant le même type de résidus comme étant des récipients de même fonction.

Les imprégnations noires et résidus carbonisés ont été identifiés à la surface interne de certains vases des catégories 3, 5 et 7 (Fig. 13). Ces probables vases à cuire ont pour points communs leur embouchure plus ou moins fermée, leur profil courbe et leur base plate. De dimensions variées, ils ne sont jamais décorés. Ces résidus carbonisés ont aussi été identifiés à la surface interne de plusieurs centaines de fragments de récipients. Ces derniers ont généralement une épaisseur importante avoisinant le centimètre. Près de la moitié d’entre eux ont leur surface externe barbotinée. Aucun n’est décoré. Il semble donc que les Néolithiques aient privilégié, pour la transformation thermique de produits alimentaires ou techniques, l’emploi de vases dont les caractéristiques intrinsèques étaient à même de répondre aux contraintes découlant d’une telle utilisation (Schiffer, 1990, p. 375-379 ;Henrickson et Mc Donald, 1983, p. 635-638 ; Tite, 1999, p. 221).

Figure 13 : Vases présentant des résidus carbonisés sur leur surface interne.
Figure 13: Ceramics with black residues on the inner surface.

Figure 13 : Vases présentant des résidus carbonisés sur leur surface interne.Figure 13: Ceramics with black residues on the inner surface.

36À l’inverse, les résidus beiges adhèrent à la surface interne de vases à parois plutôt fines (Fig. 14). Ces derniers peuvent être ouverts ou fermés ; ils sont parfois décorés. Les Néolithiques semblent donc avoir préparé ou stocké les os pilés dans des récipients très différents.

Figure 14 : Vases présentant des résidus beiges sur leur surface interne.
Figure 14: Ceramics with beige residues on the inner surface.

Figure 14 : Vases présentant des résidus beiges sur leur surface interne.Figure 14: Ceramics with beige residues on the inner surface.

37L’usure des bases et panses de vases a quant à elle été constatée sur de multiples céramiques appartenant aux différentes catégories précédemment définies. Elle atteste de l’usage de l’ensemble des vases qu’ils soient ou non décorés.

38L’usure des fonds n’a en revanche été observée que sur des vases de la catégorie 4 (Fig. 15). Leur embouchure fermée ne paraît pourtant guère adaptée aux activités de broyage ou mélange de leur contenu.

Figure 15 : Vases ayant leur fond usé par abrasion.
Figure 15: Pottery with abrasive use-wears of their bottom.

Figure 15 : Vases ayant leur fond usé par abrasion.Figure 15: Pottery with abrasive use-wears of their bottom.

7. Conclusion : statut des plus anciennes céramiques du Néolithique de Bulgarie et évolution chrono-fonctionnelle des vases

39Les altérations d’utilisation visibles à la surface de nombreux vases ont démontré leur intense et fréquent usage. Elles ont prouvé la diversité de leurs fonctions, les récipients ayant contenu des graisses animales et de la poudre d’os. Les plus anciennes céramiques du Néolithique de la Bulgarie n’étaient donc pas toutes vouées à un usage limité d’ordre rituel ou cérémoniel. Bien au contraire, elles étaient majoritairement destinées à des activités variées de la vie quotidienne : préparation, cuisson, consommation, stockage, séparation et transvasement de produits. De ce fait, les céramiques de cet habitat néolithique forment un assemblage fonctionnel cohérent de récipients. Cette batterie de cuisine fut de plus conçue par des potiers qui, lors de la phase de fabrication des vases, ont opéré des choix dont une partie relève de facteurs fonctionnels. On peut démontrer cette préconception des productions sur plusieurs catégories de céramiques :

  1. Les vases de grande taille sont souvent munis d’anses, de mamelons ou de languettes afin d’en faciliter le déplacement.

  2. Les vases à embouchure fermée ont toujours des boutons perforés, ce qui permet leur suspension.

  3. Les vases ayant servi à cuire ont des parois plutôt épaisses et des fonds plats. Leur surface externe est généralement barbotinée. Ils peuvent ainsi mieux résister aux chocs thermiques.

40L’utilisation des vases et les contraintes qu’elle impose semblent donc parfaitement intégrées et maîtrisées par ces populations du passé. Et elles le furent dès le début de l’occupation de l’habitat. Les niveaux néolithiques les plus anciens du site associent déjà des vases de fonctions variées ; récipients de cuisson, vases de préparation et de consommation, vases de stockage et céramiques contenant de l’os y ont été identifiés. Cet assemblage céramique s’avère tout aussi caractéristique des niveaux néolithiques les plus récents du site. En l’état actuel des recherches, aucune évolution chronologique de la fonction des céramiques n’est perceptible.

41En Grèce, les premières productions céramiques du Néolithique, datées de la seconde moitié du viie millénaire avant J.-C., n’ont pas livré de traces d’utilisation évidentes. En Anatolie, les vases de cette période ont servi à la cuisson ou au stockage de denrées (Le Mière et Picon, 1998 ; Copley et al., 2005). Les recherches futures tenteront de comprendre les raisons de cette frontière culturelle opposant la Grèce à la Bulgarie et l’Anatolie. Reflète-t-elle l’existence de deux courants diachroniques de néolithisation effectués par des populations attribuant une valeur distincte à leurs récipients ? Traduit-elle une évolution chronologique de la fonction des plus anciennes céramiques grecques ? Cette opposition existe-t-elle vraiment ? (Decavallas, 2007 ; Tomkins, 2007). Seule la multiplication de telles études semble pouvoir y répondre.

Ce travail préliminaire sur la fonction des vases de Kovačevo a été réalisé dans le cadre d’un master 2, dirigé par le professeur Marion Lichardus-Itten et encadré par les docteurs Laure Salanova, Martine Regert (chargées de recherche au CNRS) et Sigrid Mirabaud (ingénieur de recherche au C2RMF). Les auteurs tiennent à remercier l’ensemble des responsables de la mission franco-bulgare de Kovačevo pour nous avoir permis d’observer le mobilier et nous avoir accordé toute leur confiance quant aux choix des prélèvements. Nous tenons en particulier à remercier Marion Lichardus-Itten, Malgorzata Grebska-Kulova et Ilija Kulov pour les discussions entretenues sur le Néolithique balkanique. Nous remercions également Laure Salanova, à l’origine de cette recherche, pour l’encadrement constant et toutes les connaissances transmises en céramologie. Que Cynthia Jaulneau soit aussi remerciée pour nous avoir fourni les données stratigraphiques du site indispensables à l’interprétation du matériel archéologique. Nous exprimons toute notre reconnaissance au docteur Ina Reiche pour les discussions fructueuses sur l’identification et la dégradation des os en contexte archéologique. Nous remercions le docteur Véronique Wright qui réalisa les premières analyses de résidus minéraux au MEB.

Haut de page

Bibliographie

Audry, P., 1935. Contribution à l’étude des propriétés de l’osséine et de la fabrication de la colle d’os, Lyon.

Binford, L.R., 1981. Bones, ancient men and modern myths, New York.

Björk, C., 1995. Early pottery in Greece: a technological and functional analysis of evidence from neolithic Achilleion, Thessaly.

Bourgeois, G., Gouin, P., 1995. Résultats d’une analyse de traces organiques fossiles dans une «faisselle» harapéenne. Paléorient, 21, (1), p.125-128.

Charters, S., Evershed, R.P., Goad, L. J., Leyden, A., Blinkhorn, P. W., Denham, V., 1993. Quantification and distribution of lipid in archaeological ceramics: implications for sampling potsherds for organic residue analysis and the classification of vessel use. Archaeometry, 35, (2), p.211-223.

Charters, S., Evershed, R.P., 1995. Evidence for the mixing of fats and waxes in archaeological ceramics. Archaeometry, 37, (1), p.113-127.

Copley, M., Clark, K. et Evershed, R. P., 2005. Organic residues analysis of pottery vessels and clay balls, in Hodder (I.) (ed.), Changing materialities at Catalhöyük: reports from the 1995-99 seasons,Ankara, p.169-174.

Decavallas, O., 2007. Beeswax in Neolithic perforated sherds from the Northern Aegean: new economic and functional implications, in Mee C. et Renard J. (ed.), Cooking up the past. Food and culinary practrices in the Neolithic and Bronze Age Aegean, Oxford, p.148-157.

De Ceuninck, G., 1994. Forme, fonction, ethnie: approche ethnoarchéologique des céramiques du delta intérieur du Niger (Mali). Terre cuite et société. La céramique, document technique, économique, culturel. XIVe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, p.161-177.

Demoule, J.-P. et Lichardus-Itten, M., 2001. Kovačevo (Bulgarie), un établissement du Néolithique le plus ancien des Balkans, in Guilaine J. (dir.), Communautés villageoises du Proche-Orient à l’Atlantique (8000-2000 avant notre ère). Séminaire du Collège de France, Paris, p.85-99.

Echallier, J.-C. et Courtin, J., 1994. La céramique du Néolithique ancien et moyen de Fontbrégoua (Var): approche typométrique, Terre cuite et société. La céramique, document technique, économique, culturel. XIVe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, p.131-145.

Evershed, R.P., Heron, C., Charters, S. et John Goad, L., 1992.Chemical analysis of organic residues in ancient pottery: methodological guidelines and applications, in White R., Page H. (ed.), Organic residues in Archaeology: their identification and analysis. Proceedings of the conference organised by the United Kingdom Institute for Conservation, Archaeology Section, York, p.11-25.

Evershed, R. P., Mottram, H. R., Dudd, S. N., Charters, S., Stott, A. W. et Lawrence, G. J., 1997. New criteria for the identification of animal fats preserved in archaeological pottery, Naturwissenschaften, 84, p.402-406.

Evershed, R.P., Dudd, S.N., Copley, M.S., Berstan, R., Stott, A.W., Mottram, H., Buckley, S.A. et Crossman, Z., 2002. Chemistry of archaeological animal fats, Accounts of Chemical Research, 35, p.660-668.

Gardin, J.-C., 1979. Une archéologie théorique, Paris.

Griffiths, D.M., 1978. Use-marks on Historic ceramics: a Preliminary Study, Historical Archaeology, 12, p.78-81.

Hally ,D., 1986. The identification of vessel function: a case study from northwest Georgia, American Antiquity, 51, (2), p.267-295.

Henrickson, E.F., 1990. Investigating ancient ceramics form and use: progress report and case study, in Kingery W. D. (ed.), The changing roles of ceramics in Society: 26000 B.P to the present. Ceramics and civilization, 5, p.83-119.

Henrickson, E.F. et Mc Donald, M.M.A., 1983. Ceramic form and function: an ethnographic search and an archaeological application, American Anthropologist, 85, (3), p.30-43.

Heron, C. et Evershed, R. P., 1993. The analysis of organic residues and the study of pottery use, Archaeological Method and Theory, 5, p.247-284.

Hirsch, E., 1990. From bones to betelnuts: processes of ritual transformation and the development of national culture in Papua New Guinea. Man, 25, (1), p.18-34.

Lasota-Moskalewska, A., Kobryn, H., Sulgostowska, Z., Siemaszko, J. et Brzozowski, J., 1997. Animal bones as a source of calcium for mesolithic man, Przeglad Arceologiczny, 45, p.25-32.

Leechamn, D., 1951. Bone grease, American Antiquity, 16, (2), p.355-356.

Le Mière, M. et Picon, M., 1998. Les débuts de la céramique au Proche-orient, Paléorient, 24, (1), p.5-26.

Lichardus-Itten, M., Demoule, J.-P., Perniceva, L., Grebska-Kulova, M. et Kulov, I., 2002. The site of Kovačevo and the beginnings of the Neolithic period in Southwestern Bulgaria. The french-Bulgarian excavations 1986-2000, in Lichardus-Itten (M.), Lichardus (J.) et Nikolov (V.) (dir.), Beiträge zu jungsteinzeitlichen Forschungen in Bulgarien, Bonn, p.99-136.

Malamidou, D., 2004. La céramique à décor peint «noir sur rouge» du Néolithique récent II en Grèce du Nord: production, distribution et utilisation, Thèse de doctorat, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, France.

Manson, J. L., 1995. Starčevo Pottery and Neolithic development in the central Balkans, in Barnett (W.K.) et Hoopes (J.W.) (ed.), the emergence of pottery. Technology and innovation in ancient societies, p.65-77.

Martinez, R., 1993. Fonction de la céramique et régime alimentaire, in Blanchet (J.-C.), Bulard (A.), Constantin (C.), Mordant (D.) et Tarrète (J.) (dir.), Le Néolithique au quotidien. Actes du XVIe colloque interrégional sur le Néolithique,Paris, p.127-132.

Mirabaud, S., Rolando, C. et Regert, M., 2007. Molecular criteria for discriminating adipose fat and milk from different species by nanoESI MS and MS/MS of their triacylglycerols: application to archaeological remains, Analytical Chemistry, 79, p.6182-6192.

Mirabaud, S., 2007. Développements méthodologiques en spectrométrie de masse pour l’analyse des composés organiques archéologiques. Etude du site néolithique de Clairvaux XIV, Thèse de doctorat, Université des Sciences et Technologies de Lille, France.

Nikolov, V., 1989. Das frühneolithische Haus von Sofia-Slatina. Eine Untersuchung zur vorgeschischtlichen Bautechnik, Germania, 67, (1), p.1-49.

Orton, C., Tyers, P. et Vince, A., 1993. Pottery in archaeology, Cambridge.

Outram, A. K., 2005. Distinguishing bone fat exploitation from other taphonomic processes: what caused the high level of bone fragmentation at the Middle Neolithic site of Ajvide, Gotland? In Mulville J. et Outram A.K. (ed.), The zooarchaeology of fats, oils, milk and dairying. Proceedings of the 9th ICAZ Conference, Durham, p.32-43.

Perlès, C. et Vitelli, K.-D., 1994. Technologie et fonction des premières productions céramiques de Grèce, in Binder D. et Courtin J. (ed.), Terre cuite et Société. La céramique, document technique, économique, culturel. Actes des XIVe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, p.225-242.

Regert, M., Dudd, S.-N., Pétrequin, P. et Evershed, R.-P., 1999. Fonction des céramiques et alimentation au Néolithique final sur les sites de Chalain. De nouvelles voies d’étude fondées sur l’analyse chimique des résidus organiques conservés dans les poteries, Revue d’archéométrie, 23, p.91-99.

Regert, M., Colinart, S., Degrand, L. et Decavallas, O., 2001. Chemical alteration and use of beeswax through time: accelerated ageing tests and analysis of archaeological samples from various environmental contexts, Archaeometry, 43, (4), p.549-569.

Regert, M., Garnier, N., Decavallas, O., Cren-Olivé, C. et Rolando, C., 2003. Structural characterization of lipid constituents from natural substances preserved in archaeological environments, Measurement Science and Technology, 14, p.1620-1630.

Regert, M., Langlois, J., Laval, E., Le Hô, A.S. et Pagès-Camagna, S., 2006a. Elucidation of the molecular and elementary composition of organic and inorganic substances involved in 19th century wax sculptures using an integrated analytical approach, Analytica Chimica Acta, 577, p.140-152.

Regert, M., Guerra, M.-F. et Reiche, I., 2006b. Physico-chimie des matériaux du patrimoine culturel – Partie 1, Techniques de l’Ingénieur, P 3780, p.1-21.

Regert, M., Guerra, M.-F. et Reiche, I., 2006c. Physico-chimie des matériaux du patrimoine culturel – Partie 2, Techniques de l’Ingénieur, P 3781, p.1-11.

Regert, M., 2007. Elucidating Pottery Function Using a Multi-Step Analytical Methodology Combining Infrared Spectroscopy, Mass Spectrometry and Chromatographic Procedures, British Archaeological Reports, S1650, p.61-76.

Regert, M., Mirabaud, S., Pétrequin, P., Pétrequin, A.-M. et Rolando, C., 2008. Mise en place de nouvelles stratégies analytiques pour la sauvegarde des informations chimiques conservées dans des céramiques archéologiques, Technè, hors série, p.24-35.

Reiche, I., Vignaud, C. et Menu, M., 2002. The cristallinity of ancient bone and dentine: new insights by Transmission Electron Microscopy, Archaeometry, 44/3, p.447-459.

Rice, P.M., 1987. Pottery Analysis: a source book, Chicago.

Rigoir, Y., 1981. Méthode géométrique simple de calcul du volume des contenants céramique, Document d’archéologie méridionale, 4, p.193-194.

Rottländer, R.C.A., 1988. Gebrauchspuren an Keramik, Archäologische Informationen, 11, p.160-165.

Salanova, L., 2002. La céramique du secteur E: mise en place d’un protocole d’étude, in Demoule, J.-P. et Lichardus-Itten, M. (ed.), Kovačevo. Rapport des fouilles néolithiques franco-bulgares dans la vallée du Strymon, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Volume 17, Paris, p.11-18.

Salanova, L., 2007. Étude de la céramique 2006, in Demoule J.-P. et Lichardus-Itten M. (ed.), Kovačevo. Rapport des fouilles néolithiques franco-bulgares dans la vallée du Strymon. Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Volume 21, Paris, p.5-12.

Salanova, L., 2008. Étude de la céramique 2007, in Demoule, J.-P. et Lichardus-Itten, M. (ed.), Kovačevo. Rapport des fouilles néolithiques franco-bulgares dans la vallée du Strymon, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Volume 22, Paris, p.4-9.

Schiffer, M. B., 1990. The influence of surface treatment on heating effectiveness of ceramic vessels, Journal of Archaeological Science, 17, p.373-381.

Skibo, J., 1992. Pottery function: a use alteration perspective, New York.

Steponaitis,V.P., 1984. Technological studies of prehistoric pottery from Alabama: physical properties and vessel function, in Van der Leeuw, S. et Pritchard, A.C. (dir.), The many dimensions of pottery: ceramics in archaeology and anthropology, Amsterdam, p.81-127.

Tite, M.S., 1999. Pottery Production, distribution, and consumption, the contribution of the physical sciences. Journal of Archaeological Method and Theory, 6, (3), p.181-233.

Tomkins, P., 2007. Communality and competition: the social life of food and containers at Aceramic and Early Neolithic Knossos, Crete, in Mee, C. et Renard, J. (ed.), Cooking up the past. Food and culinary practrices in the Neolithic and Bronze Age Aegean, Oxford, p.174-199.

Tsirtsoni, Z., 1997. Morphologie et fonctions de la poterie, Dossiers d’archéologie, 222, p.28-35.

Tsirtsoni, Z. et Youni, V., 2000. L’identification des récipients de cuisson: un exemple néolithique, Dossiers d’archéologie, 253, p.84-85.

Tsirtsoni, Z., 2001. Les poteries du début du Néolithique récent en Macédoine: 2. Les fonctions des récipients, Bulletin de Correspondance Héllenique, 125, p.1-39.

Vehik, S.C., 1977. Bone fragments and bone grease manufacturing: a review of their archaeological use and potential, Plains anthropologist, 22, (7), p.169-182.

Vieugué, J., 2005. La fonction des céramiques néolithiques et chalcolithiques: protocole d’analyse fonctionnelle, Mémoire de Maîtrise, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, France.

Vieugué, J., 2006. Fonctions des récipients en terre cuite sur le site néolithique ancien de Kovacevo (Bulgarie), Mémoire de Master 2 recherche, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, France.

Vitelli, K.D., 1989. Were pots first made for foods? Doubts from Franchti, World Archaeology, 21, (1), p.17-29.

Woods, A.J., 1986. Form, fabric, and function: some observations on the cooking pot in Antiquity, in Kingery, W. D. (ed.), Technology and style, Ceramics and civilization, p.157-172.

Youni, P., 1996. The Early Neolithic pottery: functional analysis, in Pyke G. et Youni P. (ed.), Nea Nikomedeia 1: the excavation of an Early Neolithic village in the Northern Greece 1961-1964. The excavation and the ceramic assemblage, The British School at Athens. Supplément volume 25, Athènes, p.181-193.

Haut de page

Notes

1 . Ce terme englobe l’ensemble des modifications de l’état de surface des fragments de céramique. Certaines de ces altérations résultent indiscutablement de l’utilisation des récipients, d’autres découlent de phénomènes post-dépositionnels ou accidentels.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de répartition des principaux sites du Néolithique ancien de l’Europe Sud-orientale.Figure1: Location of main early neolithic settlements from the South-east europe.
Légende ( sites dont la céramique a fait à notre connaissance l’objet d’une analyse fonctionnelle approfondie. 1 – Franchti, 2 – Achilleion, 3 – Nea Nikomedeia). Les premières céramiques grecques seraient des biens de prestige ; celles de la péninsule balkanique plutôt des objets du quotidien.( settlements of which ceramics function were studied. 1 – Franchti, 2 – Achilleion, 3 – Nea Nikomedeia). The first greek pottery would be prestigious goods unlike first balkan ceramics, items of daily life.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Tableau 1 : Codage des variables des critères retenus pour la classification morphométrique des céramiques.Table 1: Coding of criteria kept for the ceramics classification.
Légende Le degré d’ouverture des vases a été estimé sur la base du rapport entre le diamètre d’ouverture et le diamètre maximum. F1 correspond aux vases dont l’embouchure est très fermée, F2 aux vases dont l’embouchure est légèrement fermée, O1 aux céramiques légèrement ouvertes et O2 aux récipients dont l’ouverture est très prononcée.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-2.png
Fichier image/png, 146k
Titre Tableau 2 : Codage de la morphométrie complète des céramiques et interprétations fonctionnelles des vases.Table 2: Coding of whole forms and their functional interpretations.
Légende Le codage de la seconde colonne correspond à la combinaison du codage des différents critères décrits dans le tableau 1. Par exemple, le code O2-00a est à lire ainsi : vase légèrement ouvert [O2], sans décor [0], sans préhension [0], reposant sur une base [a].
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-3.png
Fichier image/png, 274k
Titre Figure 2 : Exemple de vases représentatifs des différentes catégories morphométriques de céramiques.Figure 2: Example of vessels representative of different ceramics forms.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-4.png
Fichier image/png, 136k
Titre Figure 3 : Quantification de la contenance des récipients par échantillonnage par profil.Figure 3: Method applied to the whole vessels for calculating their capacity.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-5.png
Fichier image/png, 110k
Titre Figure 4 : Hiérarchisation croissante de la contenance des soixante-dix récipients à profil complet des secteurs E et K.Figure 4: Capacity of seventy whole vessels from sectors E and K.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-6.png
Fichier image/png, 77k
Titre Figure 5 : Distribution des vases munis de préhensions (en gris) et sans préhensions (en noir) en fonction du volume des récipients.Figure 5: Distribution of vessels with handles among the seventy whole ceramics according to their capacity.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-7.png
Fichier image/png, 68k
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-8.png
Fichier image/png, 130k
Titre Figure 6 : Stratégie analytique mise en œuvre pour l’analyse des résidus de Kovačevo.Figure 6: Analytical strategy applied to the residues and potsherds from Kovačevo.
Légende (IRTF : Spectrométrie Infrarouge à R-Transformée de Fourier ; MEB : Microscopie Électronique à Balayage ; HT CPG : Chromatographie en Phase Gazeuse Haute Température.)(FTIR: Fourier Transform Infrared spectroscopy; SEM: Scanning Electron Microscopy; HT GC: High Temperature Gas Chromatography.)
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-9.png
Fichier image/png, 101k
Titre Figure 7 : Spectre IR obtenu sur l’échantillon Kov K215 3R, caractéristique d’une matière osseuse.Figure 7: Infrared spectrum obtained on the sample Kov K215 3R, characteristic of bone material.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-10.png
Fichier image/png, 64k
Titre Figure 8 : Image et spectre obtenus au MEB sur l’échantillon Kov K313 2R.Figure 8: BSE (Back Scattering Electron) image and EDX (Energy-Dispersive Xray) spectrum obtained on the sample Kov K313 2R, characteristic of bone material.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-11.png
Fichier image/png, 105k
Titre Figure 9 : Spectre IR obtenu sur l’échantillon Kov 2258, caractéristique d’une matière argileuse.Figure9: Infrared spectrum obtained on the sample Kov 2258, characteristic of clay material.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-12.png
Fichier image/png, 52k
Titre Figure 10 : Chromatogramme obtenu sur l’échantillon Kov G264 1T, caractéristique de graisses animales (SI = Standard interne).Figure 10: Gas chromatogram obtained on the sample Kov G264 1T, characteristic of animal fats.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-13.png
Fichier image/png, 47k
Titre Figure 11 : Traces d’usure observées sur les fonds, bases et préhensions des vases.Figure 11: Abrasive use-wears observed on the bottoms, bases and ceramics handles.
Légende (a) traces observées au niveau du fond (intérieur) de l’individu E1231 ; (b) Traces observées au niveau de la base (extérieur) de l’individu E1784 ; (c) Traces identifiées au niveau de la perforation d’un des boutons de l’individu E1784.(a) Use-wears identified on the bottom (on the inside) of the vessel E1231; (b) Use-wears identified on the base (on the outside) of the vessel E1784; (c) Use-wears observed on the perforated handles of the vessel E1784.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-14.png
Fichier image/png, 240k
Titre Figure 12 : Traces d’usure observées sur les panses de récipients.Figure 12: Use-wears observed on the ceramics body.
Légende (a) rayures courtes et unidirectionnelles identifiées à la surface externe de l’individu E838 ; (b) Rayures longues d’orientation variée observées à la surface externe du même individu.(a) Short scratches identified on the external surface of the vessel E838; (b) Long scratches observed on the external surface of the same vessel.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-15.png
Fichier image/png, 296k
Titre Figure 13 : Vases présentant des résidus carbonisés sur leur surface interne.Figure 13: Ceramics with black residues on the inner surface.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-16.png
Fichier image/png, 134k
Titre Figure 14 : Vases présentant des résidus beiges sur leur surface interne.Figure 14: Ceramics with beige residues on the inner surface.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-17.png
Fichier image/png, 69k
Titre Figure 15 : Vases ayant leur fond usé par abrasion.Figure 15: Pottery with abrasive use-wears of their bottom.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/1010/img-18.png
Fichier image/png, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Vieugué, Sigrid Mirabaud et Martine Regert, « Contribution méthodologique à l’analyse fonctionnelle des céramiques d’un habitat néolithique : l’exemple de Kovačevo (6 200-5 500 av. J.-C., Bulgarie) », ArcheoSciences, 32 | 2008, 99-113.

Référence électronique

Julien Vieugué, Sigrid Mirabaud et Martine Regert, « Contribution méthodologique à l’analyse fonctionnelle des céramiques d’un habitat néolithique : l’exemple de Kovačevo (6 200-5 500 av. J.-C., Bulgarie) », ArcheoSciences [En ligne], 32 | 2008, mis en ligne le 31 décembre 2011, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://archeosciences.revues.org/1010 ; DOI : 10.4000/archeosciences.1010

Haut de page

Auteurs

Julien Vieugué

Université de Paris 1, UMR CNRS 7041 – Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, 21 allée de l’université 92023 Nanterre cedex.julien.vieugue@mae.u-paris10.fr

Sigrid Mirabaud

Laboratoire du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, UMR CNRS 171, 14 quai François-Mitterrand, 75001 Paris.sigrid.mirabaud@culture.gouv.fr

Martine Regert

Centre d’études Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (CEPAM), UMR CNRS 6130 – Sophia-Antipolos, bât. 1, 250 rue Albert-Enstein, 06560 Valbonne.regert@cepam.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page