Navigation – Plan du site
Mines et métallurgies anciennes du plomb dans leurs environnements Apports des méthodes contribuant à leur étude.

Avant-propos

Alain Ploquin, Marie-Christine Bailly-Maître et Philippe Allée

Texte intégral

1Le plomb métal entre de multiples façons dans l’économie des sociétés anciennes : objets de la vie quotidienne, éléments d’architecture, matière première indispensable à certains artisanats (ex. les potiers)… Le plomb argentifère est particulièrement recherché au Moyen Âge, temps de monométallisme argent, en France notamment.

2À partir du xvie siècle, divers ouvrages, de style « traités techniques », apparaissent comme le De Re Metallica de G. Agricola (1556), le De la Pirotecnia du V. Biringuccio (1540), le Schwazerbergbuch (ou livre des mines de Schwaz qui montre le travail dans les mines du Tyrol en 1556). Ces ouvrages ont en commun de réserver une large place aux non ferreux, tous s’intéressent à l’aire germanique et aucun n’est antérieur au xvie siècle. Même si les activités minières et extractives sont connues tout au long des siècles précédents, les sources documentaires sont rares et le recours à d’autres méthodes est nécessaire pour détecter, comprendre les mécanismes d’acquisition et de transformation du minerai. Les impacts de ces activités sur l’environnement (pollution, végétation, modification de paysage, etc.) constituent de véritables archives qu’il faut apprendre à mettre en évidence et à interpréter.

3Après deux missions et diverses rencontres préliminaires, un Projet Collectif de Recherche (PCR), du Ministère de la Culture a vu le jour en 2000. Centré sur le Mont Lozère, il a permis de conduire des recherches à la fois sur les minéralisations (géologie et archéologie minière), sur les vestiges d’ateliers métallurgiques (archéologie, archéométrie et paléométallurgie), sur les charbonnières, sur les topographies de surface (géomorphologie, taphonomie), sur les pollutions engendrées par cette métallurgie, etc. Au terme de plusieurs années de travaux, il a semblé utile d’organiser un colloque et nous avons proposé de réunir des équipes concernées par la chaîne opératoire du plomb (argentifère) et ses approches tant archéologiques et historiques que naturalistes et physico-chimiques. A priori tous les aspects, de la minéralisation au métal et à l’environnement des ateliers, sont pris en compte, jusqu’aux traités du xvie siècle.

4Cette manifestation était placée sous le patronage du Parc National des Cévennes, de la Société d’Archéologie Française pour l’Etude des Mines et Métallurgies (SAFEMM), du Groupe d’Étude des Mines Anciennes (GEMA) et avec le soutien de la DRAC et du SRA Languedoc-Roussillon et du CNRS.

5Pour l’organisation matérielle de ce colloque nous avons le plaisir de remercier le Parc National des Cévennes, et tout particulièrement Madame Capucine Crosnier responsable du Service Scientifique, la municipalité de Florac et celle de Saint-Étienne de Valdonnez, ainsi que l’association GEMA et Geolab, université de Limoges et CNRS.

6Diverses subventions ont permis de prendre en charge la publication de ce colloque : DRAC Languedoc-Roussillon, CNRS (section 32 et INSU), le PNC, la Région Languedoc-Roussillon et le conseil général de Lozère.

À toutes et tous, personnes et institutions, un grand merci.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Ploquin, Marie-Christine Bailly-Maître et Philippe Allée, « Avant-propos », ArcheoSciences [En ligne], 34 | 2010, mis en ligne le 24 mai 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://archeosciences.revues.org/2665

Haut de page

Auteurs

Alain Ploquin

Articles du même auteur

Marie-Christine Bailly-Maître

Articles du même auteur

Philippe Allée

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page