Navigation – Plan du site
Mines et métallurgies anciennes du plomb dans leurs environnements Apports des méthodes contribuant à leur étude.

Perrot, J., (dir.), 2010. Le palais de Darius à Suse. Une résidence royale sur la route de Persépolis à Babylone

Alain Tabbagh
p. 313
Référence(s) :

Paris, PUPS, 520 p.

Texte intégral

1Ce livre magnifique tant par ses illustrations qui en font un ouvrage d’art que par son propos historique et documentaire, présente les résultats acquis sur le site de Suse par la Délégation Archéologique Française en Iran entre 1969 et 1979 sous la direction de Jean Perrot, avant que l’évolution de la situation politique n’entraîne l’arrêt des missions.

2Sous un titre pertinent mais plutôt limitatif il replace l’ensemble des découvertes réalisées à Suse dans le cadre de la civilisation achéménide. S’il décrit en effet de manière détaillée les résultats apportés par 10 ans de prospection et de fouilles sur les palais royaux en terme de savoirs faire techniques architecturaux et artisanaux ou en termes d’identification des échanges avec d’autres régions des proche et moyen orients, il développe aussi une perspective synthétique sur l’ensemble de ce qui est compris de cette civilisation originale. On lira ainsi avec beaucoup d’intérêt les analyses sur le rôle qu’entendait assurer le Roi, sur la forme nouvelle, plus spirituelle, qu’a pris alors la religion perse ou sur les traits originaux d’organisation adoptés par cet empire multiculturel. C’est en fait une très belle synthèse qui fait intervenir tous les spécialistes ayant participé aux travaux de terrain.

3L’intérêt particulier de ce livre pour les archéosciences/archéométrie, est qu’il rend compte du rôle déterminant qu’a joué la prospection géophysique dans la reconnaissance et la compréhension des deux palais objets d’étude principaux de la mission archéologique: le palais ‘de Darius’ sur le tell (tepe) de la ville antérieure élamite et le palais ‘du Chaour’ construit lui postérieurement dans la plaine d’inondation de la rivière Chaour. C’est en effet la cartographie réalisée par Albert Hesse en prospection électrique des radiers de graviers, utilisés comme fondation, qui a permis la vision d’ensemble de ces palais notamment de celui du Chaour. Cette expérimentation menée avec un appareillage relativement fruste il y maintenant une quarantaine d’année, compte parmi celles qui ont fait prendre conscience de la puissance de cette approche capable de restituer le plan général des ensembles de constructions complexes et étendus.

4Si l’on peut regretter que le programme d’échantillonnage pour l’archéomagnétisme du 6e au 4e millénaire n’ait pas pu être mené jusqu’à son aboutissement ou que les essais métrologiques entrepris pour évaluer les valeurs du pied et de la coudée achéménides n’aient pas été retenus dans le sommaire, cet ouvrage, où l’archéométrie s’insère parfaitement dans la démarche, est une remarquable référence qui mérite une place de choix dans la bibliothèque de tout laboratoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Tabbagh, « Perrot, J., (dir.), 2010. Le palais de Darius à Suse. Une résidence royale sur la route de Persépolis à Babylone », ArcheoSciences, 34 | 2010, 313.

Référence électronique

Alain Tabbagh, « Perrot, J., (dir.), 2010. Le palais de Darius à Suse. Une résidence royale sur la route de Persépolis à Babylone », ArcheoSciences [En ligne], 34 | 2010, mis en ligne le 16 juin 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://archeosciences.revues.org/2874

Haut de page

Auteur

Alain Tabbagh

UMR Sisyphe, Université Pierre et Marie Curie, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page