Navigation – Plan du site

Fluorescence UV des liants employés dans les dorures sur peintures murales médiévales

UV Fluorescence of the Binding Media Used in Gilding of Mediaeval Mural Paintings
Aurélie Mounier, Laure Dayet, Floréal Daniel et Colette Belin
p. 19-28

Résumés

Les peintures de la chapelle de l’ancien logis abbatial de Moissac ont été examinées in situ sous éclairage UV. La présence de fluorescences jaunes sur les auréoles de certains personnages s’est révélée être l’indicateur de l’existence d’une ancienne dorure. Des fluorescences de ce type, caractéristiques d’un liant organique, ont déjà été observées dans d’autres sites où des traces de dorure sont également présentes. Une étude par spectrofluorimétrie montre que les spectres de fluorescence des deux types chimiques de liants les plus couramment employés dans la technique de la dorure sont différents. Pour se rapprocher de l’état d’altération des liants anciens, une étude de l’évolution de la fluorescence après vieillissement accéléré, a également été conduite.

Haut de page

Notes de l’auteur

Merci à Thierry Buffeteau de l’Institut des Sciences Moléculaires de l’université de Bordeaux 1, qui nous a donné accès au spectromètre infrarouge à transformée de Fourier.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Expérimental
Échantillons
Méthodes
Fluorescence UV
Vieillissements artificiels
3. Résultats
λmax de l’émission de fluorescence des liants avant vieillissement
Correspondance du spectre d’émission de fluorescence en coordonnées chromatiques
Influence du vieillissement sur l’émission et la couleur de la fluorescence des liants
Observation de la dégradation des liants par spectrométrie infrarouge
4. Conclusion

Aperçu du texte

1. Introduction

On a tort de considérer le décor médiéval et en particulier la peinture murale, une de ses expressions les plus caractéristiques, comme un art austère et entièrement soumis à la rigueur de la technique à la fresque. À l’époque romane les peintures étaient rehaussées de décors métalliques, d’incrustations de verre afin de donner plus de volume et de relief et d’ajouter à la couleur, reflets et brillance. Nous avons aujourd’hui, la plupart du temps, perdu ces décors et seule reste visible la couche sous-jacente à la feuille métallique, celle qui a permis l’adhésion du métal. C’est pourquoi l’étude des procédés de dorure est particulièrement intéressante d’un point de vue historique, en raison des critères non seulement esthétiques mais également symboliques et de prestige qui sont à l’origine de la réalisation des décors dorés.

Récemment, dans de nombreux sites de peintures datées du xie au xive siècle, des traces d’anciennes dorures (à l’or, l’argent ou l’étain) ont été...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Mounier, Laure Dayet, Floréal Daniel et Colette Belin, « Fluorescence UV des liants employés dans les dorures sur peintures murales médiévales », ArcheoSciences, 35 | 2011, 19-28.

Référence électronique

Aurélie Mounier, Laure Dayet, Floréal Daniel et Colette Belin, « Fluorescence UV des liants employés dans les dorures sur peintures murales médiévales », ArcheoSciences [En ligne], 35 | 2011, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 21 août 2014. URL : http://archeosciences.revues.org/2891

Haut de page

Auteurs

Aurélie Mounier

Institut de Recherche sur les Archéomatériaux (IRAMAT – CRPAA, UMR 5060), université Bordeaux – CNRS. (mounieraurelie33@yahoo.fr) (fdaniel@u-bordeaux3.fr)

Articles du même auteur

Laure Dayet

Institut de Recherche sur les Archéomatériaux (IRAMAT – CRPAA, UMR 5060), université Bordeaux – CNRS. (mounieraurelie33@yahoo.fr) (fdaniel@u-bordeaux3.fr)

Floréal Daniel

Institut de Recherche sur les Archéomatériaux (IRAMAT – CRPAA, UMR 5060), université Bordeaux – CNRS. (mounieraurelie33@yahoo.fr) (fdaniel@u-bordeaux3.fr)

Articles du même auteur

Colette Belin

Institut des Sciences Moléculaires, UMR 5255, université de Bordeaux 1/CNRS, (c.belin@lpcm.u-bordeaux1.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page