Navigation – Plan du site

Stratégies de prélèvement et de mise en œuvre de la « terre à bâtir » des structures de combustion néolithiques du site de Dikili Tash (Grèce) à partir d’une étude micromorphologique

Sampling Strategies and their Application to Neolithic “Earth Construction” Combustion Structures at the Dikili Tash Site (Greece) based on a Micromorphological Study
Cécile Germain-Vallée, Sandra Prévost-Dermarkar et Laurent Lespez
p. 41-63

Résumés

La terre crue ou « terre à bâtir » constitue le matériau de construction le plus utilisé par les sociétés égéennes pendant le Néolithique (du viie au ve millénaire av. J.-C.). L’objectif de cet article est de mettre en lumière les stratégies d’exploitation des ressources naturelles et les techniques mises en œuvre par ces sociétés protohistoriques dans la construction des structures de combustion, vestiges particulièrement bien conservés (grâce à l’action du feu) sur le site de Dikili Tash (Macédoine orientale grecque). Les méthodes de recherche ont consisté à combiner des observations macroscopiques à une étude micromorphologique de fragments archéologiques et expérimentaux. Dans un premier temps, cette étude a permis de caractériser la pétrographie des sédiments employés et de déterminer leur provenance en les comparant aux résultats de l’étude géomorphologique des formations superficielles environnant le site. Dans un second temps, ces méthodes analytiques ont permis la caractérisation précise des matériaux élaborés qui sont révélateurs des choix techniques réalisés pour la fabrication et la mise en œuvre des structures de combustion. Cette recherche met ainsi en évidence la complexité mais également une certaine standardisation des processus de production des structures de combustion en contexte domestique dès le Néolithique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Méthodes et démarche
3. Le matériel étudié
Le corpus archéologique analysé : les fours et les foyers
Le matériel expérimental analysé
Les sols et formations superficielles analysées
4. Résultats de l’analyse micromorphologique
Les échantillons de soles et voûtes archéologiques
Les soles de fours et foyers
Les parois des voûtes de fours
Les échantillons de la sole et de la voûte du four expérimental
La sole expérimentale
La voûte expérimentale
5. Interprétation et discussion
Les provenances de la terre des soles et des voûtes néolithiques
Les techniques de mise en œuvre des structures de combustion néolithiques
Les techniques de mise en œuvre des soles
Technique de mise en œuvre des hourdages
Techniques de mise en œuvre des voûtes de fours
6. Synthèse des différentes étapes de préparation et de construction des fours de Dikili Tash
7. Conclusions et perspectives

Aperçu du texte

1. Introduction

La recherche présentée ici porte sur le matériau de construction le plus communément utilisé par les sociétés égéennes pendant la période néolithique (du viie au ve millénaire av. J-C) : la terre crue, appelée aussi « terre à bâtir ». Elle s’appuie sur l’étude des vestiges des structures de combustion domestiques particulièrement bien conservés in situ du tell de Dikili Tash situé en Macédoine orientale (Grèce) (fig. 1).

Figure 1 : Dikili Tash : carte de situation du site.
Figure1 : Dikili Tash : map of site’s location.

Figure 1 : Dikili Tash : carte de situation du site.Figure1 : Dikili Tash : map of site’s location.

Ce site préhistorique, localisé dans la partie sud-est de la plaine de Drama, se trouve à la charnière de trois unités morpho-pédologiques différentes : les monts de Lékani (constitués principalement de marbres) qui appartiennent au socle métamorphique du Rhodope, les cônes de déjection de piémont qui ourlent leurs bases et la dépression marécageuse de Philippes qui dessine une apophyse sous la forme d’un petit vallon humide ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Germain-Vallée, Sandra Prévost-Dermarkar et Laurent Lespez, « Stratégies de prélèvement et de mise en œuvre de la « terre à bâtir » des structures de combustion néolithiques du site de Dikili Tash (Grèce) à partir d’une étude micromorphologique », ArcheoSciences, 35 | 2011, 41-63.

Référence électronique

Cécile Germain-Vallée, Sandra Prévost-Dermarkar et Laurent Lespez, « Stratégies de prélèvement et de mise en œuvre de la « terre à bâtir » des structures de combustion néolithiques du site de Dikili Tash (Grèce) à partir d’une étude micromorphologique », ArcheoSciences [En ligne], 35 | 2011, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 28 juillet 2014. URL : http://archeosciences.revues.org/2921

Haut de page

Auteurs

Cécile Germain-Vallée

Service Archéologie du Conseil général du Calvados – 36 rue Fred-Scamaroni 14000 Caen, (ce.germain@cg14.fr)

Sandra Prévost-Dermarkar

UMR 7041-Archéologies et Sciences de l’Antiquité CNRS-Université de Paris I-Université de Paris X-MAE – 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex. (sandra.prevost@laposte.net

Laurent Lespez

Laboratoire Geophen-UMR LETG 6554 CNRS-Université de Caen-Basse Normandie, Esplanade de la Paix, BP 5186, 14032 Caen cedex. (laurent.lespez@unicaen.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page