Navigation – Plan du site
Dossier Thématique : The international Arboco workshop towards a better understanding and preservation of ancient bone materials

Approche analytique pour l’étude des ivoires archéologiques. Les défenses d’éléphant du site de Jinsha (1200-650 BC, Sichuan, Chine)

Analytical Approach for the Study of Archaeological Ivory Elephant Tusks from the Site of Jinsha (1200-650 BC, Sichuan, China)
Dounia Large, Katharina Müller et Ina Reiche
p. 167-177

Résumés

Une méthode, plurianalytique et multiéchelle, a été développée et adaptée pour déterminer précisément l’état de conservation des ivoires d’éléphant archéologiques. Elle a pour but de caractériser non seulement la phase minérale de la dentine par des analyses élémentaires et spectrométriques, mais aussi la phase organique. De plus, le recours à l’imagerie électronique permet de décrire l’arrangement et les modifications de ces deux phases à micro- et nanoéchelle. Cette démarche a tout d’abord été appliquée extensivement à l’ivoire moderne d’éléphant afin d’établir une base de référence pour évaluer l’état de conservation des échantillons archéologiques. Du matériel provenant du site archéologique chinois de Jinsha présentant une forte fragilité a ensuite été analysé. La différence d’état de conservation entre les ivoires archéologiques et la référence moderne étudiée d’une part et les échantillons archéologiques entre eux d’autre part a pu être évaluée, confirmant l’efficacité de la méthode. Ces recherches montrent l’importance de l’étape de séchage de l’ivoire à sa sortie de sol lors des fouilles, en particulier pour des sites très humides comme celui de Jinsha.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Le site archéologique de Jinsha (Sichuan, Chine)
3. Constitution de l’ivoire
4. Méthodes et conditions expérimentales
Microscopie électronique à balayage (MEB)
Micro-tomographie X avec une source synchrotron (SR-microCT)
Microscopie électronique à transmission (MET)
Analyses élémentaires par émission de rayons X induite par un microfaisceau de protons (microPIXE)
Spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier (IR-TF)
5. Résultats
Morphologie
Composition des phases minérale et organique
6. Discussion
Efficacité de la méthode adaptée à l’ivoire
Comparaison entre l’ivoire d’éléphant moderne et prélèvements archéologiques
État de conservation des ivoires de Jinsha
Différences d’état de conservation entre les défenses
7. Conclusion

Aperçu du texte

1. Introduction

Le terme « ivoire » désigne ici le matériau de base, ou dentine, des défenses d’éléphant. Les défenses sont généralement de grande taille atteignant 2 à 3 m en longueur et un diamètre de l’ordre de 20 à 30 cm, pour un poids allant jusqu’à 120 kg. Elles sont de forme conique avec une cavité contenant la pulpe dentaire et prolongée par un canal nerveux jusqu’à la pointe de la défense. La partie de défense exposée est couverte d’un cément d’un centimètre environ. Le reste, et donc la majorité de la masse de la défense, est composé de dentine [1].

L’ivoire étant très sensible aux variations d’humidité et de température ainsi qu’à la lumière, il fait partie des matériaux les plus difficiles à conserver. Lors de fouilles archéologiques, il a très souvent tendance à se déliter, voire à éclater en petits morceaux lorsqu’il est mis au jour ce qui implique la perte de la forme initiale de l’objet exhumé. Cet important problème de conservation se retrouve par exemple dans le cas ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dounia Large, Katharina Müller et Ina Reiche, « Approche analytique pour l’étude des ivoires archéologiques. Les défenses d’éléphant du site de Jinsha (1200-650 BC, Sichuan, Chine) », ArcheoSciences, 35 | 2011, 167-177.

Référence électronique

Dounia Large, Katharina Müller et Ina Reiche, « Approche analytique pour l’étude des ivoires archéologiques. Les défenses d’éléphant du site de Jinsha (1200-650 BC, Sichuan, Chine) », ArcheoSciences [En ligne], 35 | 2011, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://archeosciences.revues.org/3103

Haut de page

Auteurs

Dounia Large

Laboratoire du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (LCR2MF UMR 171 CNRS), Palais du Louvre – 14 quai François Mitterrand, 75001 Paris, France. De la Préhistoire à l’Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie (PACEA UMR 5199 CNRS), Université Bordeaux 1 – Bâtiment B 18, Avenue des Facultés, 33405 Talence Cedex, France. (d.large@pacea.u-bordeaux1.fr)

Katharina Müller

Laboratoire du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (LCR2MF UMR 171 CNRS), Palais du Louvre – 14 quai François Mitterrand, 75001 Paris, France. (katharina.mueller@culture.gouv.fr)

Articles du même auteur

Ina Reiche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page