Navigation – Plan du site
Dossier Thématique : The international Arboco workshop towards a better understanding and preservation of ancient bone materials

Les ivoires d’Arslan Tash (Syrie) d’après une étude de la collection du Musée du Louvre : mise en œuvre du matériau, traces de polychromie et de dorure, état de conservation

Study of Arslan Tash Ivories (Syria) from the Louvre Collection: Making of the Material, Polychrome and Gilding Traces, Conservation State
Elisabeth Fontan et Ina Reiche
p. 283-295

Résumés

Les ivoires d’Arslan Tash constituent un ensemble exceptionnel découvert en 1928 sur un site de Syrie du Nord à quelques kilomètres de la frontière turque, à l’est de l’Euphrate, par une mission archéologique du Louvre. Arslan Tash, l’ancienne Hadatu, a été le siège d’une capitale provinciale à l’époque de l’empire néo-assyrien (ix-viie siècles avant J.-C.).

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Matériel
3. Méthodes
Analyse élémentaire par émission de rayons X et gamma induits par un microfaisceau de protons (microPIXE/PIGE)
Analyse structurale
Observations morphologiques par radio- et tomographie X sur objet et par MEB sur prélèvement
4. Résultats et discussion
État de conservation de l’ivoire
Observation macroscopique
Observation microscopique
Analyse élémentaire par microPIXE/PIGE
Analyses structurale de l’ivoire par IRTF
Identification des restes de dorure, de polychromie, de sédiments et d’anciennes restaurations
Dorure et origine de la couleur des taches pourpres
Traces du bleu-vert
Sédiments
Matériaux de restauration
Observations et positionnement des objets dans la défense d’origine
4. Conclusion

Aperçu du texte

À Thierry Borel (1958-2011)

1. Introduction

Les ivoires présentés ici constituent un ensemble exceptionnel découvert sur le site d’Arslan Tash, nom qui signifie « la pierre au lion », au nord de la Syrie à quelques kilomètres de la frontière turque, à l’est de l’Euphrate.

Les fouilles ont été menées sous la direction de François Thureau-Dangin, conservateur en chef du département des Antiquités Orientales du musée du Louvre, en 1928 au cours de deux campagnes.

C’est dans les quinze derniers jours de la première campagne, après le départ de Thureau-Dangin, qu’a eu lieu la découverte du lot le plus important des fameux ivoires par le père dominicain Augustin Barrois, membre de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem. Les ivoires trouvés lors de la deuxième campagne sont moins nombreux et généralement en mauvais état de conservation.

Les fouilles ont notamment mis au jour un palais néo-assyrien du Ier millénaire avant J.-C. et un autre bâtiment plus ancien appelé en raison ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabeth Fontan et Ina Reiche, « Les ivoires d’Arslan Tash (Syrie) d’après une étude de la collection du Musée du Louvre : mise en œuvre du matériau, traces de polychromie et de dorure, état de conservation », ArcheoSciences, 35 | 2011, 283-295.

Référence électronique

Elisabeth Fontan et Ina Reiche, « Les ivoires d’Arslan Tash (Syrie) d’après une étude de la collection du Musée du Louvre : mise en œuvre du matériau, traces de polychromie et de dorure, état de conservation », ArcheoSciences [En ligne], 35 | 2011, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 30 septembre 2014. URL : http://archeosciences.revues.org/3210

Haut de page

Auteurs

Elisabeth Fontan

Département des Antiquités Orientales, Musée du Louvre – Pavillon Mollien, 75001 Paris. (elisabeth.fontan@louvre.fr)

Ina Reiche

UMR 171 CNRS, Laboratoire du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, Palais du Louvre, 14 quai François-Mitterrand, 75001 Paris, France. (ina.reiche@culture.gouv.fr)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page