Navigation – Plan du site
Dossier Thématique : The international Arboco workshop towards a better understanding and preservation of ancient bone materials

Les ivoires d’Arslan Tash (Syrie) d’après une étude de la collection du Musée du Louvre : mise en œuvre du matériau, traces de polychromie et de dorure, état de conservation

Study of Arslan Tash Ivories (Syria) from the Louvre Collection: Making of the Material, Polychrome and Gilding Traces, Conservation State
Elisabeth Fontan et Ina Reiche
p. 283-295

Résumés

Les ivoires d’Arslan Tash constituent un ensemble exceptionnel découvert en 1928 sur un site de Syrie du Nord à quelques kilomètres de la frontière turque, à l’est de l’Euphrate, par une mission archéologique du Louvre. Arslan Tash, l’ancienne Hadatu, a été le siège d’une capitale provinciale à l’époque de l’empire néo-assyrien (ix-viie siècles avant J.-C.).

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 29 mai 2012.

À Thierry Borel (1958-2011)

1. Introduction

1Les ivoires présentés ici constituent un ensemble exceptionnel découvert sur le site d’Arslan Tash, nom qui signifie « la pierre au lion », au nord de la Syrie à quelques kilomètres de la frontière turque, à l’est de l’Euphrate.

2Les fouilles ont été menées sous la direction de François Thureau-Dangin, conservateur en chef du département des Antiquités Orientales du musée du Louvre, en 1928 au cours de deux campagnes.

3C’est dans les quinze derniers jours de la première campagne, après le départ de Thureau-Dangin, qu’a eu lieu la découverte du lot le plus important des fameux ivoires par le père dominicain Augustin Barrois, membre de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem. Les ivoires trouvés lors de la deuxième campagne sont moins nombreux et généralement en mauvais état de conservation.

4Les fouilles ont notamment mis au jour un palais néo-assyrien du Ier millénaire avant J.-C. et un autre bâtiment plus ancien appelé en raison de la découverte « le Bâtiment aux ivoires » qui était sans doute un autre palais. Arslan Tash, nommée Hadatu dans l’antiquité, était, comme le site voisin de Tell Ahmar/Til Barsip, une capitale provinciale de l’empire assyrien aux ixe-viiie siècles. Les ivoires qualifiés traditionnellement de phéniciens constituaient le décor d’un mobilier, associés à des éléments de verre coloré. Les fouilleurs ont retrouvé les traces d’un ou peut être deux lits ou bien d’un lit et d’un trône (fig. 1).

Figure 1 : Découverte du cadre de lit et des premières plaquettes d’ivoire dans la salle 14 du « Bâtiment aux ivoires ».
Discovery of the bed frame and first ivory plaquettes in the room 14 of the « ivory building ».

Figure 1 : Découverte du cadre de lit et des premières plaquettes d’ivoire dans la salle 14 du « Bâtiment aux ivoires ».Discovery of the bed frame and first ivory plaquettes in the room 14 of the « ivory building ».

Thureau-Dangin et al., 1931, pl. XVIII, 1.

5La publication de la fouille est parue très rapidement, dès 1931. Cent seize ivoires y sont publiés. Ils ont été partagés, selon la réglementation en vigueur à l’époque du mandat français, entre le musée d’Alep (n : 71) et le Louvre (n : 46).

6Un certain nombre d’ivoires qui figurent dans la publication ne sont répertoriés ni à Alep ni au Louvre. En revanche quelques œuvres exposées dans les vitrines d’Alep ne sont pas mentionnées dans cette publication. De plus, récemment sont apparues six plaquettes conservées à l’École biblique et archéologique française de Jérusalem qui avaient « échappé » au partage officiel. Elles ont été rapportées par le Père Barrois et ont été immédiatement inscrites sur le registre d’inventaire de l’École en juillet 1928 sans aucune indication de provenance.

7Cependant un nombre important d’ivoires attribués d’un point de vue stylistique à Arslan Tash se trouvent dans plusieurs autres musées où ils sont arrivés par la voie du commerce de l’art. Ils ont tous été acquis d’Élie Borowski, marchand établi à Bâle, qui les aurait achetés en 1955 à un confrère parisien spécialisé dans l’art perse. Le Metropolitan Museum de New York a ainsi acquis dix sept œuvres en 1957, le musée de Hambourg une femme à la fenêtre en 1966, le Badisches Landesmuseum de Karlsruhe 41 œuvres et une centaine de fragments entre 1970 et 1972. Enfin E. Borowski a déposé, en 1992, 21 pièces au Bible Lands Museum de Jérusalem, crée pour abriter sa collection.

8L’origine de ces œuvres n’est pas assurée. Elles proviennent soit de fouilles clandestines opérées entres les deux campagnes ou à la fin de la seconde, car Thureau-Dangin indique qu’il a laissé sur place des fragments impossibles à dégager, soit d’un vol dans un local de stockage en Syrie.

9À l’occasion de la nouvelle présentation des ivoires d’Arslan Tash du Louvre dans les salles de l’aile Richelieu en 1993, une campagne de restauration de l’ensemble de la collection a été entreprise accompagnée d’une étude scientifique. Parallèlement dans le cadre de la coopération du Louvre avec la Direction générale des Antiquités et des Musées de Syrie, Annie Caubet avait lancé en 2003 un programme d’étude et restauration des ivoires des musées syriens. À la suite de quatre missions à Alep entre 2005 et 2009, l’étude de la collection d’Arslan Tash est terminée et les restaurations, confiées à Juliette Lévy qui a restauré les ivoires du Louvre et Marie-Emmanuelle Meyohas, sont en cours.

10Pour compléter ces travaux il était indispensable d’examiner les ivoires conservés à l’Ecole biblique afin d’avoir une vision de l’ensemble sorti de la fouille, puis ceux du Metropolitan Museum, du Badisches Landesmuseum, du Museum für Kunst und Gewerbe de Hambourg et du Bible Lands Museum.

11Par ailleurs, l’université de Bologne sous la direction du Professeur Serena Maria Cecchini a entrepris une nouvelle mission d’étude sur le terrain au cours de trois courtes campagnes en 2007, 2008 et 2009 pour tenter de préciser la stratigraphique et la chronologie. En effet, au cours des fouilles anciennes aucune céramique ou tesson n’a été recueilli. Le site n’ayant pas été protégé après la fouille Thureau-Dangin, qui a duré à peine cinq mois, a été entièrement recouvert par les constructions modernes. Il y a donc très peu d’espaces libres pour pratiquer des sondages sur l’emplacement présumé de la salle 14 du « bâtiment aux ivoires ».

12À la suite de toutes ces recherches, une nouvelle publication de l’ensemble des ivoires d’Arslan Tash est en préparation. Cette publication collective sera réalisée en collaboration par le Musée du Louvre, l’université de Bologne et la Direction générale des Antiquités et des Musées de Syrie. Elle comprendra une étude historiographique, une étude stylistique, une étude technique et une étude épigraphique. Elle est menée par une équipe composée de : Giorgio Affanni, Annie Caubet, Serena Cecchini, Élisabeth Fontan, François Poplin et Maria Giulia Amadasi.

13Ce projet s’inscrit dans le cadre plus large des nouvelles études sur les ivoires du Ier millénaire menées par Georgina Herrmann pour Nimrud et par Claudia Suter pour Samarie.

14Pour répondre aux questions que nous nous posions à la suite de ces observations, nous avons fait appel au C2RMF. En 2006 deux œuvres ont été analysées [2]. Récemment a été mis en place un programme de recherche visant à étudier plus particulièrement la mise en œuvre du matériau, les questions de polychromie (fig. 2) et de dorure (fig. 3), ainsi que l’état de conservation des pièces et la nature des restaurations effectuées. Le but de ces recherches est de finement déterminer les caractéristiques des ivoires afin de disposer d’éléments de comparaison pour les ivoires d’origine incertaine.

Figure 2a : Plaquette aux papyrus (AO 11480) présentant des traces de polychromie.
Papyrus plaquette (AO 11480) showing traces of polychromy.

Figure 2a : Plaquette aux papyrus (AO 11480) présentant des traces de polychromie.Papyrus plaquette (AO 11480) showing traces of polychromy.

© Musée du Louvre/R. Chipault.

Figure 2b : Tête de lion (AO 11490) présentant des traces de polychromie.
Lion head (AO 11490) showing traces of polychromy.

Figure 2b : Tête de lion (AO 11490) présentant des traces de polychromie.Lion head (AO 11490) showing traces of polychromy.

© Musée du Louvre/R. Chipault.

Figure 3a : Plaquettes présentant des restes de feuille d’or (à gauche AO 11465, non analysée) ou des traces de couleur violette (AO 11469) en indiquant la présence à l’origine.
Plaquettes showing remains of gilding (on left hand side AO 11465, not analyzed) or purple color traces (AO 11469) indicating their presence originally.

Figure 3a : Plaquettes présentant des restes de feuille d’or (à gauche AO 11465, non analysée) ou des traces de couleur violette (AO 11469) en indiquant la présence à l’origine.Plaquettes showing remains of gilding (on left hand side AO 11465, not analyzed) or purple color traces (AO 11469) indicating their presence originally.

© Musée du Louvre/R. Chipault

Figure 3b : Plaquettes présentant des restes de feuille d’or (à gauche AO 11465, non analysée) ou des traces de couleur violette (AO 11469) en indiquant la présence à l’origine.
Plaquettes showing remains of gilding (on left hand side AO 11465, not analyzed) or purple color traces (AO 11469) indicating their presence originally.

Figure 3b : Plaquettes présentant des restes de feuille d’or (à gauche AO 11465, non analysée) ou des traces de couleur violette (AO 11469) en indiquant la présence à l’origine.Plaquettes showing remains of gilding (on left hand side AO 11465, not analyzed) or purple color traces (AO 11469) indicating their presence originally.

© Musée du Louvre/R. Chipault

2. Matériel

15Seize oeuvres en ivoire sculpté, peint et/ou doré, provenant du site d’Arslan Tash en Syrie (viiie s. av. J.-C.) et conservés au Département des Antiquités Orientales du Musée du Louvre ont été sélectionnés pour les analyses (fig. 4, tableau 1). Elles ont été soumises à différentes analyses non-destructives, à l’exception de deux micro échantillons prélevés sur les pièces AO 11463 et 11494 sur lesquelles des observations et analyses en microscopie électronique à balayage (MEB) et en spectrométrie infrarouge à transformée de Fourrier (IR-TF) ont été possibles. Ceci permet une meilleure évaluation de l’état de conservation de ces objets.

Figure 4 : Les seize ivoires analysés au C2RMF.
Sixteen ivories analyzed at the C2RMF.

Figure 4 : Les seize ivoires analysés au C2RMF. Sixteen ivories analyzed at the C2RMF.

Tableau 1 : Description et désignation des objets en ivoire d’Arslan Tash étudiés.
Description and names of the studied ivory objects of Arslan Tash.

n° inventaire

Description

Lieu

n° C2RMF

n° Laboratoire

AO 11462

Dame à la fenêtre, fragment

Réserve

C2RMF64594

AI_AT_Louv1

AO 11463

Dame à la fenêtre, fragment

Réserve

C2RMF64600

AI_AT_Louv2

AO 11464

Dame à la fenêtre, fragment

Réserve

C2RMF64599

AI_AT_Louv3

AO 11466

Naissance d’Horus

Réserve

C2RMF64601

AI_AT_Louv14

AO 11467

Naissance d’Horus

Exposé

C2RMF61024

AI_AT_Louv4

AO 11469

Naissance d’Horus, fragment

Réserve

C2RMF64596

AI_AT_Louv5

AO 11480

Plaquette aux papyrus, fragment

Exposé

C2RMF61484

AI_AT_Louv6

AO 11484

Colonnette (Pied de meuble)

Exposé

C2RMF61852

AI_AT_Louv7

AO 11486

Plaquette avec une tête de sphinx, fragment

Réserve

C2RMF64602

AI_AT_Louv8

AO 11490

Tête de lion en haut relief

Exposé

C2RMF61854

AI_AT_Louv9

AO 11494

Naissance d’Horus, enfant

Réserve

C2RMF64603

AI_AT_Louv10

AO 11495

Naissance d’Horus, tête

Réserve

C2RMF64604

AI_AT_Louv11

AO 11496a

Sphinx, fragment aile

Exposé

C2RMF63906

AI_AT_Louv12

AO 11496b

Sphinx, fragment palmette

Réserve

C2RMF64598

AI_AT_Louv13

AO 11497

Sphinx, fragment

Exposé

C2RMF61658

AI_AT_Louv15

AO 11452

Vache léchant son veau

Exposé

C2RMF61836

AI_AT_Louv16

3. Méthodes

Analyse élémentaire par émission de rayons X et gamma induits par un microfaisceau de protons (microPIXE/PIGE)

16Des analyses de la composition chimique de l’ivoire ont été réalisées avec la méthode microPIXE à l’accélérateur Grand Louvre d’Analyse Élémentaire (AGLAE) installé au C2RMF à Paris. Les mesures ont été effectuées avec des protons de 3 MeV, un courant d’environ 1 nA et un faisceau incident extrait à l’hélium d’un diamètre de 50 µm2 [3].

Analyse structurale

17Pour préciser la nature des matériaux de polychromie, des analyses en spectroscopie Raman ont été effectuées sur les objets en mode confocal à l’aide d’une sortie horizontale du micro-spectromètre LabRam Infinity (Jobin-Yvon) en utilisant un laser d’excitation avec une longueur d’onde de 632,5 nm. De plus, des expériences de microdiffraction de rayons X (microDRX) ont été menées avec un tube Rigaku SC Micromax 002 (anode de Cu, tension de 45 kV, courant de 660 µA, puissance ca. 30 W, optique de type Kirkpatrick-Baez) équipé d’un collimateur formant un faisceau incident quasi-parallèle avec un diamètre de 200 µm et un détecteur 2D R-Axis IV+ [4].

18Les analyses en IRTF ont été faites sur micro-prélèvement à l’aide d’un spectromètre Spectrum 2000 (Perkin Elmer) en mode de transmission en employant une cellule de diamant. Ceci a l’avantage de n’utiliser que très peu de matière. Les spectres ont été enregistrés dans une gamme allant de 4 000 à 400 cm-1 avec une résolution de 4 cm-1. Quatre scans ont été accumulés pour chaque spectre. L’évaluation des données a été réalisée grâce au logiciel GRAMS. Après une correction de la ligne de base, les intensités des bandes d’absorption ont été déterminées pour calculer des paramètres spécifiques de l’état de conservation de l’ivoire. L’état de la phase minérale peut être décrite par un indice de cristallinité nommé infrared splitting factor (IRSF) basé sur l’intensité des bandes de vibration des phosphates à 565 et 605 cm-1 et la teneur en carbonate est représentée par le rapport d’intensité de la bande carbonate principale à 1 415 cm-1 et de la bande phosphate à 1 035 cm-1 [5, 6].

Observations morphologiques par radio- et tomographie X sur objet et par MEB sur prélèvement

19Les clichés de radiographie et de tomographie X ont été pris avec le dispositif disponible au C2RMF [7]. Les observations microscopiques ont été faites avec un MEB XL 30 CP (Philips) équipé d’un détecteur X dispersive en énergie Link Isis 300. La tension d’accélération utilisée est de 20 kV avec un courant d’environ 100 µA. Le fragment a été analysé sans préparation particulière pour le conserver pour d’autres analyses.

4. Résultats et discussion

État de conservation de l’ivoire

Observation macroscopique

20À l’œil nu, les ivoires d’Arslan Tash sont bien conservés et très clairs. Leur cohésion est satisfaisante et permet la manipulation des pièces. Néanmoins, quelques signes d’altération sont visibles : des parties manquantes, une surface émoussée, des fissures et des traces de polychromie ainsi que de consolidants. Il faut aussi remarquer quelques variations des états de conservation à l’intérieur du corpus : l’objet AO 11469 semble être le mieux préservé, tandis que l’objet AO 11463 le plus altéré. De plus, sur une même pièce, l’état de surface peut être hétérogène. Par exemple, le côté gauche de la plaquette AO 11466 est très fissuré en surface, alors que le côté droit est beaucoup plus lisse.

Observation microscopique

21Un micro-prélèvement effectué sur l’objet AO 11463 présentant un état d’altération relativement avancé a permis d’observer une paillette d’ivoire au MEB afin d’appréhender sa structure microscopique (fig. 5). Ainsi, l’ivoire apparaît très fissuré, fragmenté et friable ; il a en partie perdu sa cohésion. Il est cependant encore possible de distinguer les tubules caractéristiques de l’ivoire, montrant qu’il a quand même en partie conservé sa structure microscopique.

Figure 5 : Micrographies électroniques sur le prélèvement de l’objet AO 11463, a) vue globale.
Electron micrographs of the sample of the object AO 11463, a) global view.

Figure 5 : Micrographies électroniques sur le prélèvement de l’objet AO 11463, a) vue globale.Electron micrographs of the sample of the object AO 11463, a) global view.

Figure 5 : Micrographies électroniques sur le prélèvement de l’objet AO 11463, b) effritement.
Electron micrographs of the sample of the object AO 11463, b) flaking.

Figure 5 : Micrographies électroniques sur le prélèvement de l’objet AO 11463, b) effritement. Electron micrographs of the sample of the object AO 11463, b) flaking.

Figure 5 : Micrographies électroniques sur le prélèvement de l’objet AO 11463, c) micrographie électronique de 20x20 µm2 montrant des tubules caractéristiques de l’ivoire. Electron micrographs of the sample of the object AO 11463, c) electron micrograph of 20x20 µm2 showing the characteristic ivory tubules.

Figure 5 : Micrographies électroniques sur le prélèvement de l’objet AO 11463, c) micrographie électronique de 20x20 µm2 montrant des tubules caractéristiques de l’ivoire. Electron micrographs of the sample of the object AO 11463, c) electron micrograph of 20x20 µm2 showing the characteristic ivory tubules.

Analyse élémentaire par microPIXE/PIGE

22Pour déterminer la composition chimique de l’ivoire par microPIXE, nous avons choisi des zones « vierges », comme des cassures récentes, où le risque était le plus limité possible de détecter les éléments chimiques caractéristiques des traitements de surface, restaurations, ou restes de sédiments en plus de ceux de l’ivoire. La représentation graphique des rapports CaO/P2O5 sur MgO/P2O5, constituants chimiques majeurs et mineurs caractéristiques de l’ivoire, montre bien des états de conservation des différents objets altérés par rapport à l’ivoire moderne (fig. 6) dont le rapport MgO/P2O5 se situe autour de 0,1 et celui de CaO/P2O5 vers 1,1. S’il existe un « noyau » de dix objets présentant un état de conservation proche, les quatre autres analysés se distinguent, avec des rapports relativement dispersés. Au vu de l’historique de ces objets, beaucoup de paramètres peuvent avoir joué sur la composition chimique et par conséquent expliquer les variations : la polychromie de surface, les conditions d’enfouissement sur le site archéologique, les conditions climatiques lors des fouilles, les restaurations subies, et les conditions climatiques pendant les expositions, pour ne citer que les plus importants.

Figure 6 : Rapports CaO/MgO normalisés de quatorze objets en ivoire du département des Antiquités orientales du Louvre, calculés à partir des résultats microPIXE.
Normaliezd CaO/MgO ratios of forteen ivory objects of the Oriental Antiquities department of the Louvre, calculted from microPIXE results.

Figure 6 : Rapports CaO/MgO normalisés de quatorze objets en ivoire du département des Antiquités orientales du Louvre, calculés à partir des résultats microPIXE.Normaliezd CaO/MgO ratios of forteen ivory objects of the Oriental Antiquities department of the Louvre, calculted from microPIXE results.

La valeur moyenne de l’ivoire moderne se situe en dehors de ce graphique (MgO/P2O5 de 0,1 et CaO/P2O5 vers 1,1) et n’est pas représentée pour pouvoir mieux comparer les ivoires d’Arslan Tash entre eux.
The mean value of modern ivory is situated outside of the graph with a MgO/P2O5 ratio of 0,1 and a CaO/P2O5 ratio of about 1,1 and is not shown here for better comparison among the Arslan Tash pieces.

Analyses structurale de l’ivoire par IRTF

23Des micro-prélèvements sur deux objets ont permis des mesures en IRTF sur de l’ivoire représentatif de l’état de conservation de la majorité des objets (objet AO 11494), ainsi que sur un ivoire présentant un état de conservation différent (objet AO 11463).

24La comparaison des spectres IRTF obtenus pour les objets d’Arslan Tash avec celui d’une référence d’ivoire moderne d’éléphant montre que toutes les bandes spécifiques du collagène, bien visibles pour l’ivoire moderne, ne sont plus présentes sur les spectres obtenus pour les objets d’Arslan Tash. Ainsi, la quantité de collagène restant dans ces ivoires est si faible qu’elle n’est pas détectable par spectrométrie IRTF. Il n’y a donc plus de collagène dans les objets AO 11463 et 11494. Il paraît possible d’extrapoler qu’il en est de même pour l’ensemble de la collection. Cela devrait entrainer une grande décohésion du matériau. Cependant les objets, bien que fragiles, restent en forme et sont manipulables. Il s’agit probablement de l’effet des restaurations successives permettant ainsi leur cohésion.

25Deux coefficients caractéristiques de la phase minérale ont été calculés à partir des spectres IRTF, en faisant une moyenne sur deux ou trois spectres respectivement (tableau 2). Les deux objets d’Arslan Tash présentent un fort taux de carbonates, probablement d’origine exogène, ainsi qu’une cristallinité bien plus importante que celle de l’ivoire moderne et sont donc altérés au niveau de leur phase minérale.

Tableau 2 : Coefficients structuraux de l’ivoire moderne d’éléphant et des prélèvements d’objets d’Arslan Tash.
Structural coefficients of modern elephant ivory and of the samples taken from Arslan Tash objects.

Ivoire Moderne

AO 11463

AO 11494

Cristallinité

1,03±0,40

2,00±0,01

2,40±0,20

Taux de carbonates

0,38±0,08

0,53±0,04

0,58±0,29

Identification des restes de dorure, de polychromie, de sédiments et d’anciennes restaurations

26Tous les ivoires d’Arslan Tash présentent des traitements de surface soit des polychromies ou des restes de sédiments. Ils ont également été restaurés et présentent donc des résidus de consolidants à leur surface. Les paragraphes suivants sont dédiés aux résultats d’analyse obtenus sur la surface des objets d’Arslan Tash.

Dorure et origine de la couleur des taches pourpres

27Des analyses réalisées en 2006 sur les restes de matériau doré avaient identifié des feuilles d’or pur, mais n’avaient pas pu caractériser les taches pourpres communément considérées comme des restes ou des assiettes de dorure (fig. 7). Un des enjeux de ces analyses était d’identifier la nature de ces taches.

Figure 7 : Zone pourpre de l’objet AO 11469, observée au microscope optique avec différents grossissements.
Purple zone of the object AO 11469, observed under the optical microscope optique with different magnifications.

Figure 7 : Zone pourpre de l’objet AO 11469, observée au microscope optique avec différents grossissements. Purple zone of the object AO 11469, observed under the optical microscope optique with different magnifications.

28Les analyses microPIXE effectuées sur les objets comportant cette coloration pourpre ont mis en avant la présence non négligeable d’or, allant jusqu’à 3,8 % massique alors que sur l’ivoire clair limitrophe, les quantités sont en dessous des limites de détection de la méthode. De plus, des analyses en microDRX sur la tache pourpre de l’aile de l’objet AO 11469 ont révélé la présence d’or métallique (fig. 8). Grâce à l’application d’un calcul basé sur l’équation de Scherrer, une taille de particules de l’ordre de 70 nm peut être déduite de la largeur à mi-hauteur des pics de diffraction de l’or. Ces taches sont par conséquent en rapport direct avec les dorures autrefois présentes sur les pièces et encore visibles sur quelques pièces de la collection.

Figure 8 : Micro-diffractogramme de rayons X sur la tache pourpre de l’objet AO 11469 montrant par les pics marqués la présence de l’or métallique en plus de ceux de l’apatite.
Micro-X-ray diffraction patterns of the purple dot on the object AO 11469 showing peaks characteristic of metallic gold in addition to apatite peaks.

Figure 8 : Micro-diffractogramme de rayons X sur la tache pourpre de l’objet AO 11469 montrant par les pics marqués la présence de l’or métallique en plus de ceux de l’apatite. Micro-X-ray diffraction patterns of the purple dot on the object AO 11469 showing peaks characteristic of metallic gold in addition to apatite peaks.

29L’or est par ailleurs connu pour fournir toute une gamme de couleurs du rouge au bleu dans d’autres matériaux sous forme de nanoparticules. En effet, il est utilisé dès l’époque romaine pour créer des verres rouges. Cette technique fut ensuite redécouverte au xviie siècle, avec les premiers ouvrages mentionnant le pourpre de Cassius. La couleur est due à des absorptions spécifiques de la lumière visible correspondant à des résonances de modes plasmons de surface à l’interface particule/matrice [8].

30L’hypothèse proposant que la couleur pourpre sur l’ivoire est due au même phénomène a été vérifiée par spectroscopie d’absorption optique dans le visible. Le spectre obtenu sur les restes pourpres de l’objet AO 11469 (fig. 9) montre un profil similaire à celui des glaçures roses à l’or sur des carreaux iraniens du xixe siècle [9]. En effet, sur les carreaux persans, la couleur est probablement contrôlée lors du processus de fabrication ce qui mène à des tailles de nanoparticules relativement homogènes. Pour les taches pourpres, ceci ne semble pas être le cas et reste à vérifier. Ainsi, en observant la zone pourpre de l’objet AO 11469 au microscope optique (fig. 7), il apparaît que la couleur, perçue pourpre à l’œil, n’est en réalité pas une zone uniforme mais correspond à une juxtaposition de zones rouges et pourpres, formées par des groupes de nanoparticules de tailles différentes, les pourpres étant plus petites que les rouges.

Figure 9 : Comparaison du spectre d’absorption optique (Visible) de la zone pourpre de l’objet AO 11469 avec ceux des glaçures roses de carreaux persans du xixe siècle (h902=n° inv. MAO 902, Musée du Louvre, g326=n° inv. 1969-326, Musée des Beaux-Arts, Lyon) (Reiche et al. 2009).
Comparison of the optical absorption spectra in the visible range of the purple zone of the object AO 11469 with those of the rose glazes of Persian tiles of the 19th c. (h902= inv. n°MAO 902, Musée du Louvre, g326= inv. n°1969-326, Musée des Beaux-Arts, Lyon) (Reiche et al., 2009).

Figure 9 : Comparaison du spectre d’absorption optique (Visible) de la zone pourpre de l’objet AO 11469 avec ceux des glaçures roses de carreaux persans du xixe siècle (h902=n° inv. MAO 902, Musée du Louvre, g326=n° inv. 1969-326, Musée des Beaux-Arts, Lyon) (Reiche et al. 2009).Comparison of the optical absorption spectra in the visible range of the purple zone of the object AO 11469 with those of the rose glazes of Persian tiles of the 19th c. (h902= inv. n°MAO 902, Musée du Louvre, g326= inv. n°1969-326, Musée des Beaux-Arts, Lyon) (Reiche et al., 2009).

31La couleur pourpre des ivoires d’Arslan Tash est donc due à des nanoparticules d’or. Il est cependant peu probable qu’il s’agisse d’une préparation déposée lors de la fabrication des objets. Il s’agit de façon plus plausible d’un effet de l’altération de la feuille d’or qui décorait les pièces. Comme pour la préparation du pourpre de Cassius, l’or aura été divisé jusqu’à obtenir des nanoparticules par des composés acides présents soit dans le sol, soit dans le liant utilisé pour coller la feuille d’or.

Traces du bleu-vert

32L’analyse de l’incrustation dans l’œil d’un sphinx criocéphale (AO 11497) en spectroscopie microRaman permet de montrer la présence de bleu égyptien en tant qu’élément de polychromie sur les objets (fig. 10).

Figure 10 : a) Incrustation dans l’œil d’un sphinx criocéphale (à tête de bélier) (AO 11497).
a) Inclusion in the eye of the criosphinge (ram-headed sphinxe) (AO 11497).

Figure 10 : a) Incrustation dans l’œil d’un sphinx criocéphale (à tête de bélier) (AO 11497).a) Inclusion in the eye of the criosphinge (ram-headed sphinxe) (AO 11497).

Figure 10 : b) présence de bleu égyptien démontrée par micro-spectrométrie Raman (spectre de référence en rose).
b) presence of Egyptian blue demonstrated by par micro-Raman spectrometry (reference spectrum in pink).

Figure 10 : b) présence de bleu égyptien démontrée par micro-spectrométrie Raman (spectre de référence en rose). b) presence of Egyptian blue demonstrated by par micro-Raman spectrometry (reference spectrum in pink).

Sédiments

33Les restes de sédiments présents sur toutes les œuvres d’Arslan Tash ont été analysés par microPIXE afin de déterminer leur composition élémentaire. En moyenne ont été déterminés (en % massique) : 47,7 SiO2, 15,7 CaO, 11,2 Al2O3, 7,4 FeO, 4,3 P2O5, 3,8 MgO, 3,7 K2O, 2,6 SO3, 1,6 TiO2 et 2,0 d’autres composés.

34De plus, des analyses en spectroscopie Raman ont été faites sur les restes de sédiment de l’objet AO 11469 mettant en évidence la présence d’hématite (oxyde de fer) et de noir de carbone.

35Afin de mieux caractériser les phases minérales constituant ces sédiments, des analyses en microDRX ont été réalisées sur les restes présents sur l’ensemble des pièces ainsi que sur l’objet AO 11484. Elles ont mis en avant la présence majoritaire de calcite et de quartz, ainsi que des traces d’hématite et d’argiles, probablement un mélange de palygorskite et de clinochlore. L’ivoire sous-jacent est aussi faiblement visible. Ces données pourraient servir d’indicateurs caractéristiques du site d’Arslan Tash pour différencier les objets qui en proviennent de ceux d’autres sites.

Matériaux de restauration

36Deux types de matériau ont été analysés : le mastic de bouchage beige ou gris et le consolidant de surface présent en grande quantité sur certains objets. Pour les matériaux de bouchage, les analyses microPIXE effectuées sur les objets AO 11464, 11466 et 11496a montrent une concentration en oxyde de calcium de près de 92 % massique, ce qui en fait le constituant principal. De plus, des analyses en microDRX effectuées sur le revers des objets AO 11464 et 11466 ont montré que le mastic de bouchage gris utilisé sur de nombreux objets est composé essentiellement de calcite (CaCO3).

37Presque tous les objets de la collection Arslan Tash portent en surface un consolidant transparent et brillant. Pour les objets AO 11466, 11467 et 11469, où des quantités importantes de ce matériau se sont accumulées dans les reliefs de gravure, des mesures microPIXE ont été réalisées.

38Pour l’objet AO 11466, la tache jaune se caractérise par un très fort taux de chlore et est donc de nature organique. Comme il est de plus non-soluble dans l’eau, ceci fait penser pour ces objets à un traitement avec un polymère de type PVC, qui était recommandé dans les années 80 [10] pour préserver les ivoires des problèmes d’humidité. Pour une meilleure identification de ce produit, un micro-prélèvement serait nécessaire afin de pouvoir réaliser des analyses chromatographiques. Toute restauration future devra cependant prendre en compte ce traitement, soit en éliminant cette couche hydrophobe, soit en trouvant des solutions compatibles avec ce produit.

Observations et positionnement des objets dans la défense d’origine

39Pour deux objets tridimensionnels (AO 11484 et 11490), des tomographies X ont été réalisées afin de mieux identifier l’emplacement de la matière dans la défense d’éléphant à l’origine. Pour la tête de lion (AO 11490), les radiographies et tomographies X révèlent la forme de la cavité bouchée au fond de la gueule : elles permettent de voir un canal irrégulier transperçant presque l’intégralité de la pièce (fig. 11). Il s’agit très probablement de la pointe de la cavité conique qui existe à la base de la défense et contient la pulpe dentaire pendant la vie de l’éléphant. Cette hypothèse est étayée par l’organisation des fissures du matériau en forme de soleil autour de ce canal. Il apparaît donc que la pièce a été sculptée en utilisant la cavité pulpaire comme ébauche de la gueule, donc au centre, face à la base de la défense (fig. 12a).

Figure 11 : Tête de lion (AO 11490) et radiographie X.
Lion head (AO 11490) and X-ray radiography.

Figure 11 : Tête de lion (AO 11490) et radiographie X.Lion head (AO 11490) and X-ray radiography.

Figure 12 : Propositions de positionnement des objets a) AO 11490.
Hypotheses for the object positioning a) AO 1149.

Figure 12 : Propositions de positionnement des objets a) AO 11490. Hypotheses for the object positioning a) AO 1149.

Figure 12 : b) 11484 dans une défense d’éléphant.
b) 11484 within the original elephant tusk used for carving.

Figure 12 : b) 11484 dans une défense d’éléphant.b) 11484 within the original elephant tusk used for carving.

40Concernant la colonnette (AO 11484), les radiographies et tomographies X permettent d’étudier le réseau de fissures dans la masse du matériau (fig. 13). Ceci donne des indications sur l’emplacement possible de la pièce dans la défense. L’ivoire d’éléphant grandit cycliquement pendant la vie de l’individu. Par conséquent, sa composition chimique et sa densité varient avec les conditions de vie de l’animal. L’interface entre ces cônes de croissance semble être particulièrement fragile et l’ivoire d’éléphant est connu pour se cliver selon ces cônes avec le temps. Ici, la forme et l’orientation des fissures laissent penser que l’objet a été sculpté verticalement, dans la défense, face vers l’extérieur, un peu en décalage par rapport au centre de la défense (fig. 12b).

Figure 13 : Colonnette (AO 11484) and radiographie X.
Column (AO 11484) and X-ray radiography.

Figure 13 : Colonnette (AO 11484) and radiographie X.Column (AO 11484) and X-ray radiography.

41Un autre faciès encore inexpliqué est révélé par les radiographies et tomographies X. Il s’agit de la présence de trois cavités quasi-sphériques à l’intérieur de la masse de l’ivoire, le long d’une fissure. Nous pouvons supposer que l’objet a été un temps clivé selon cette fissure avant d’être recollé. La forme et la régularité de ces cavités interpellent : elles ne sont pas dues à la cassure ou l’effritement naturel du matériau mais ont certainement été volontairement creusées.

4. Conclusion

42Par ces analyses physico-chimiques il a été possible de caractériser finement l’état de conservation des pièces d’ivoire provenant du site d’Arslan Tash (Syrie) ainsi que leur polychromie et les traces de dorure. Nous avons notamment élucidé l’origine de la couleur des taches pourpres présentes sur certaines pièces. Il s’agit de l’or sous forme colloïdale. Son processus de formation sur les pièces en ivoire reste cependant à élucider.

43Afin de confirmer ou d’enrichir ces résultats une seconde tranche d’analyses d’œuvres du Louvre est prévue en 2011. De plus, le Badisches Landesmuseum de Karlsruhe a accepté qu’une série de pièces de sa collection soient analysées prochainement notamment par fluorescence X à la source synchrotron ANKA/Karlsruhe Institute of Technology (KIT), Allemagne. Parmi de nombreuses questions, un des points concernant la polychromie est de vérifier si l’aspect « gercé » de la surface de l’ivoire, qui est généralement observé dans les zones teintées en rougeâtre, pourrait indiquer dans certains cas, comme sur le triple cadre des dames à la fenêtre (fig. 14), la présence de couleur à l’origine.

44Nous remercions les collègues du C2RMF : Dounia Large, Katharina Müller, Sandrine Pagès-Camagna, Dominique Bagault, Thierry Borel†, Laurent Pichon et Yvan Coquinot qui ont contribué avec beaucoup d’engagement aux analyses des pièces d’Arslan Tash du Musée du Louvre. Ces travaux ont été réalisés dans le cadre du programme ANR ArBoCo (ANR-07-JCJC-0149).

Haut de page

Bibliographie

1. Thureau-Dangin, F. et al., 1931 – Arslan Tash, Paris, Geuthner.

2. Pagès-Camagna, S., 2006 – Plaquettes en ivoire polychromées, Arslan Tash (Syrie), viiie siècle av. J.-C.., C2RMF rapport interne R 8190, Paris.

3. Calligaro, T. et al., 2002 – Ion beam analysis with external beams: Recent set-up improvements. Nuclear Instruments and Methods in Physics Research B, 188, p. 135-140.

4. Hodean, J. L. et al., 2008 – Dispositif d’analyse d’un échantillon par rayons X comprenant un système analyseur par diffraction filtrant en énergie et en angle, Brevet français n° 0754151 et US patent application number 12/593, 908, 27 mars 2008.

5. Weiner, S. et O. Bar-Yosef, 1990 – States of Preservation of Bones from Prehistoric Sites in the Near East: A Survey. Journal of Archaeological Science, 17, p. 187-196.

6. Wright, L. E. et H. P. Schwarcz, 1996 – Infrared and Isotopic Evidence for Diagenesis of Bone Apatite at Dos Pilas, Guatemala: Palaeodietary Implications. Journal of Archaeological Science, 23, p. 933-944.

7. Borel, T., 1995 – La radioagraphie des objets d’art, Technè, 2, p. 146-157.

8. Lafait, J., 2006 – Coloration des verres par des nanoparticules métalliques. Verre, 12, p. 11-21.

9. Reiche, I. et al., 2009 – Development of a nondestructive method for underglaze painted tiles – demonstrated by the analysis of Persian objects from the nineteenth century. Analytical and Bioanalytical Chemistry, 393, p. 1025-1041.

10. Lafontaine, R. H. et P. A. Wood, 1982 – The stabilzation of ivory against relative humidity fluctuations. Studies in Conservation, 27, p. 109-117.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Découverte du cadre de lit et des premières plaquettes d’ivoire dans la salle 14 du « Bâtiment aux ivoires ».Discovery of the bed frame and first ivory plaquettes in the room 14 of the « ivory building ».
Crédits Thureau-Dangin et al., 1931, pl. XVIII, 1.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 2a : Plaquette aux papyrus (AO 11480) présentant des traces de polychromie.Papyrus plaquette (AO 11480) showing traces of polychromy.
Crédits © Musée du Louvre/R. Chipault.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Figure 12 : b) 11484 dans une défense d’éléphant.b) 11484 within the original elephant tusk used for carving.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Figure 3a : Plaquettes présentant des restes de feuille d’or (à gauche AO 11465, non analysée) ou des traces de couleur violette (AO 11469) en indiquant la présence à l’origine.Plaquettes showing remains of gilding (on left hand side AO 11465, not analyzed) or purple color traces (AO 11469) indicating their presence originally.
Crédits © Musée du Louvre/R. Chipault
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 3b : Plaquettes présentant des restes de feuille d’or (à gauche AO 11465, non analysée) ou des traces de couleur violette (AO 11469) en indiquant la présence à l’origine.Plaquettes showing remains of gilding (on left hand side AO 11465, not analyzed) or purple color traces (AO 11469) indicating their presence originally.
Crédits © Musée du Louvre/R. Chipault
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 4 : Les seize ivoires analysés au C2RMF. Sixteen ivories analyzed at the C2RMF.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 5 : Micrographies électroniques sur le prélèvement de l’objet AO 11463, a) vue globale.Electron micrographs of the sample of the object AO 11463, a) global view.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Figure 5 : Micrographies électroniques sur le prélèvement de l’objet AO 11463, b) effritement. Electron micrographs of the sample of the object AO 11463, b) flaking.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre Figure 5 : Micrographies électroniques sur le prélèvement de l’objet AO 11463, c) micrographie électronique de 20x20 µm2 montrant des tubules caractéristiques de l’ivoire. Electron micrographs of the sample of the object AO 11463, c) electron micrograph of 20x20 µm2 showing the characteristic ivory tubules.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Figure 6 : Rapports CaO/MgO normalisés de quatorze objets en ivoire du département des Antiquités orientales du Louvre, calculés à partir des résultats microPIXE.Normaliezd CaO/MgO ratios of forteen ivory objects of the Oriental Antiquities department of the Louvre, calculted from microPIXE results.
Légende La valeur moyenne de l’ivoire moderne se situe en dehors de ce graphique (MgO/P2O5 de 0,1 et CaO/P2O5 vers 1,1) et n’est pas représentée pour pouvoir mieux comparer les ivoires d’Arslan Tash entre eux.The mean value of modern ivory is situated outside of the graph with a MgO/P2O5 ratio of 0,1 and a CaO/P2O5 ratio of about 1,1 and is not shown here for better comparison among the Arslan Tash pieces.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Figure 7 : Zone pourpre de l’objet AO 11469, observée au microscope optique avec différents grossissements. Purple zone of the object AO 11469, observed under the optical microscope optique with different magnifications.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Figure 8 : Micro-diffractogramme de rayons X sur la tache pourpre de l’objet AO 11469 montrant par les pics marqués la présence de l’or métallique en plus de ceux de l’apatite. Micro-X-ray diffraction patterns of the purple dot on the object AO 11469 showing peaks characteristic of metallic gold in addition to apatite peaks.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Figure 9 : Comparaison du spectre d’absorption optique (Visible) de la zone pourpre de l’objet AO 11469 avec ceux des glaçures roses de carreaux persans du xixe siècle (h902=n° inv. MAO 902, Musée du Louvre, g326=n° inv. 1969-326, Musée des Beaux-Arts, Lyon) (Reiche et al. 2009).Comparison of the optical absorption spectra in the visible range of the purple zone of the object AO 11469 with those of the rose glazes of Persian tiles of the 19th c. (h902= inv. n°MAO 902, Musée du Louvre, g326= inv. n°1969-326, Musée des Beaux-Arts, Lyon) (Reiche et al., 2009).
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Titre Figure 10 : a) Incrustation dans l’œil d’un sphinx criocéphale (à tête de bélier) (AO 11497).a) Inclusion in the eye of the criosphinge (ram-headed sphinxe) (AO 11497).
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre Figure 10 : b) présence de bleu égyptien démontrée par micro-spectrométrie Raman (spectre de référence en rose). b) presence of Egyptian blue demonstrated by par micro-Raman spectrometry (reference spectrum in pink).
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 791k
Titre Figure 11 : Tête de lion (AO 11490) et radiographie X.Lion head (AO 11490) and X-ray radiography.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Figure 12 : Propositions de positionnement des objets a) AO 11490. Hypotheses for the object positioning a) AO 1149.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Figure 13 : Colonnette (AO 11484) and radiographie X.Column (AO 11484) and X-ray radiography.
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/3210/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabeth Fontan et Ina Reiche, « Les ivoires d’Arslan Tash (Syrie) d’après une étude de la collection du Musée du Louvre : mise en œuvre du matériau, traces de polychromie et de dorure, état de conservation », ArcheoSciences, 35 | 2011, 283-295.

Référence électronique

Elisabeth Fontan et Ina Reiche, « Les ivoires d’Arslan Tash (Syrie) d’après une étude de la collection du Musée du Louvre : mise en œuvre du matériau, traces de polychromie et de dorure, état de conservation », ArcheoSciences [En ligne], 35 | 2011, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 06 mars 2015. URL : http://archeosciences.revues.org/3210

Haut de page

Auteurs

Elisabeth Fontan

Département des Antiquités Orientales, Musée du Louvre – Pavillon Mollien, 75001 Paris. (elisabeth.fontan@louvre.fr)

Ina Reiche

UMR 171 CNRS, Laboratoire du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, Palais du Louvre, 14 quai François-Mitterrand, 75001 Paris, France. (ina.reiche@culture.gouv.fr)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page