Navigation – Plan du site

« Qu’importe le flacon pourvu qu’il y ait l’ivraie » : les constituants d’origine organique de la céramique de Koumbi Saleh (Mauritanie, VIe-XVIIe siècles AD), témoins de l’exploitation de sous-produits agricoles

« Never mind the bottle » : Organic-derived structures in ceramic pastes from Koumbi Saleh (Mauritania, 6e-17e century AD) signaling agricultural by-product exploitation
Barbara van Doosselaere, Claire Delhon et Emily Hayes
p. 49-72

Résumés

Les matières organiques manipulées au cours de la fabrication des mélanges argileux destinés à la fabrication de la poterie sont fréquemment prélevées dans des milieux associés aux activités quotidiennes des artisans, relatives aux pratiques agricoles ou alimentaires. À ce titre, les structures d’origine organique, végétales ou animales, observables dans les produits céramiques cuits constituent une source d’informations paléoéconomiques de premier ordre, en particulier lorsque les données archéobotaniques ou archéozoologiques font défaut, comme c’est le cas pour le site de Koumbi Saleh. Koumbi Saleh (Mauritanie ve-xviie siècles AD) est l’un des plus anciens et plus importants complexes urbains historiques mis au jour en Afrique de l’Ouest.

Les fouilles réalisées sur ce site ont livré un matériel céramique caractérisé par une abondante porosité d’origine organique. Afin de préciser l’origine de ces structures, une approche micro-analytique couplant microscopie stéréoscopique et microscopie optique à transmission a été développée. Une analyse des bioclastes associés à ces porosités a également été engagée à titre exploratoire. Enfin, dans le but de renforcer le diagnostic, un référentiel expérimental a été constitué. Les résultats de ce travail de caractérisation suggèrent que les potiers implantés sur le site ont sélectionné des produits secondaires provenant probablement d’herbivores domestiques mais aussi de sous-produits céréaliers.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Matériel
3. Méthodes
Principes généraux
Microscopie
Analyse des bioclastes
Référentiel expérimental
4. Résultats
Variabilité et origine de la porosité
Nature des composants organiques : l’apport de l’analyse des bioclastes
Porosités des céramiques archéologiques : identification de cinq sources de matières organiques
5. Discussion
L’exploitation des ressources animales et végétales, quelles évolutions ?
L’exploitation des ressources animales
L’exploitation des ressources végétales
6. Conclusions

Aperçu du texte

1. Introduction

Crottin, céréales, herbes, mousses, champignons, plumes, poils, cendres : une large gamme de composants organiques est ajoutée aux mélanges argileux utilisés pour la fabrication de la poterie (London, 1981 ; Rice, 1987 ; Stark et al., 2000 ; Gosselain, 2002). Les données ethnographiques dont on dispose sur la sélection et le traitement de ces matières nous montrent que, dans de nombreux cas, les artisans opèrent dans un territoire d’exploitation bien déterminé, inscrit dans le paysage de leurs pratiques quotidiennes, de sorte que les matériaux collectés et manipulés qui nous intéressent ici sont souvent l’indice d’activités connexes, comme les pratiques alimentaires ou agricoles (Arnold, 1985 ; Gelbert 2003 ; Sillar, 2009 ; Gosselain, 2010). Plusieurs travaux archéologiques portant sur la détermination précise des constituants d’origine organique des pâtes céramique...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara van Doosselaere, Claire Delhon et Emily Hayes, « « Qu’importe le flacon pourvu qu’il y ait l’ivraie » : les constituants d’origine organique de la céramique de Koumbi Saleh (Mauritanie, VIe-XVIIe siècles AD), témoins de l’exploitation de sous-produits agricoles », ArcheoSciences, 38 | 2014, 49-72.

Référence électronique

Barbara van Doosselaere, Claire Delhon et Emily Hayes, « « Qu’importe le flacon pourvu qu’il y ait l’ivraie » : les constituants d’origine organique de la céramique de Koumbi Saleh (Mauritanie, VIe-XVIIe siècles AD), témoins de l’exploitation de sous-produits agricoles », ArcheoSciences [En ligne], 38 | 2014, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 27 juin 2016. URL : http://archeosciences.revues.org/4140 ; DOI : 10.4000/archeosciences.4140

Haut de page

Auteurs

Barbara van Doosselaere

Trajectoires - UMR 8215 – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Maison René Ginouvès 21, allée de l’Université, F-92023, Nanterre Cedex (barbara.vandoosselaere@gmail.com)

Claire Delhon

Université Nice Sophia Antipolis, Campus Saint-Jean-d'Angély, SJA3 – CEPAM- UMR 7264 CNRS – 24, avenue des Diables Bleus 06357 Nice Cedex 4 (claire.delhon@cepam.cnrs.fr)

Articles du même auteur

Emily Hayes

University of Exeter, College of Life and Environmental Sciences, Mail Room, The Old Library, Prince of Wales Road, Exeter, Devon UK, EX4 4SB (ejeh201@exeter.ac.uk)

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page