Navigation – Plan du site

Traces de roulage ou de labour ? Le diagnostic micromorphologique

Rolling or ploughing traces? The soil micromorphological diagnostic
Anne Gebhardt et Roger Langohr
p. 31-38

Résumés

L’observation de nombreuses traces de labour et traces de roulage sur le terrain par les auteurs lors du suivi pédo-sédimentaire de différentes interventions archéologiques en France septentrionale et en Belgique, a permis d’isoler trois caractéristiques majeures  permettant de les différencier : 1) la microstructure qui reflète d’un côté l’aération du sol par l’outil aratoire et de l’autre le tassement par des engins lourds, 2) les indices d’humidité plus abondants dans les zones de tassement, induits par le passage des véhicules, 3) les artéfacts anthropiques, apportés par la fumure dans des parcelles cultivées. Observées en lame mince dans le remplissage des traces linéaires, ces caractéristiques vont dès lors permettre un diagnostic plus efficace de l’origine de ces traces.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction et circonstances de l’étude
Labour et roulage, rappel historique des connaissances
Labour ou roulage, vers un diagnostic
Les traces de labour sur le sol
Les traces de roulage
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction et circonstances de l’étude

L’expérience acquise sur le terrain lors du suivi pédo-sédimentaire de différentes interventions archéologiques (France septentrionale et Belgique), a permis aux auteurs d’établir un corpus de traces, issu du roulage de véhicules et de l’utilisation d’outils aratoires en contexte limoneux à sableux. Le décapage archéologique en plan fait parfois apparaître des traces linéaires plus ou moins continues, parallèles, peu profondes et répétitives sur plusieurs largeurs, attribuables à du roulage ou du labour. D’après notre expérience, une simple observation de terrain ne suffit pas toujours à différencier ces traces, car l’implantation et la taille des fenêtres d’investigation archéologiques peuvent empêcher d’en avoir une vision spatiale claire.

Après un rapide historique des connaissances sur le labour, les outils aratoires et les traces de roulage, cet artic...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Gebhardt et Roger Langohr, « Traces de roulage ou de labour ? Le diagnostic micromorphologique », ArcheoSciences, 39 | 2015, 31-38.

Référence électronique

Anne Gebhardt et Roger Langohr, « Traces de roulage ou de labour ? Le diagnostic micromorphologique », ArcheoSciences [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 25 mai 2017. URL : http://archeosciences.revues.org/4363 ; DOI : 10.4000/archeosciences.4363

Haut de page

Auteurs

Anne Gebhardt

UMR 7362 – LIVE/Université de Strasbourg, 1, rue de l’Argonne, 67000 Strasbourg ; INRAP ; anne.gebhardt-even@inrap.fr . (auteur de correspondance)

Articles du même auteur

Roger Langohr

ASDIS, 20A-rue des Tourterelles, 1150 Bruxelles, Belgique ; Laboratoire des Sols, Univ. Gand, Belgique ; roger.langohr@skynet.be

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page