Navigation – Plan du site

Le comptage des céréales et des légumineuses en carpologie : recensement des méthodes utilisées en France et essais comparatifs sur des assemblages archéobotaniques

Counting cereals and pulses in archaeobotany: census of the methods used in France and comparison tests on archaeobotanical assemblages
Bénédicte Pradat
p. 51-68

Résumés

Une enquête a été menée auprès de carpologues travaillant en France pour recenser les diverses méthodes de comptage des caryopses et vannes de céréales et des graines de légumineuses utilisées dans les représentations graphiques simples (diagrammes en barres et camemberts). Celles-ci s’élèvent à huit pour les céréales et six pour les légumineuses. Les différences résident dans la prise en compte ou non des fragments et dans les méthodes de calcul d’un nombre minimum d’individus (NMI). Les différentes approches, auxquelles sont ajoutées deux autres méthodes décrites dans la littérature scientifique, ont été testées sur des échantillons archéologiques. Leur comparaison permet de voir quelle est l’influence de la méthode de comptage sur la quantité d’un taxon ainsi que sur les variations de proportions entre espèces. La présence plus ou moins accentuée de fragments, et la façon dont ils sont intégrés aux calculs, influent nettement sur les résultats.

Sans pouvoir définir la méthode parfaite qui conviendrait à tous les chercheurs, il est apparu que si certaines procédures semblent livrer des résultats assez proches, d’autres impliquent des sous ou surestimations.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les comptages des céréales et des légumineuses
Un questionnaire pour recenser les modes de comptages
Un préalable au comptage : le tamisage et le tri des restes carpologiques
Différentes méthodes de comptage des céréales
Les grains
Les vannes
Le comptage des graines de légumineuses
Application des modes de comptage recensés à quelques échantillons carpologiques
Le choix des échantillons
Application des différentes méthodes de comptages et résultats obtenus sur les échantillons
Influences des méthodes de comptage sur la représentation d’un taxon
Influences des méthodes de comptage sur la proportion des différentes espèces de céréales et de légumineuses
Discussion sur les différentes méthodes
Conclusion

Aperçu du texte

La carpologie, discipline qui étudie les graines et fruits archéologiques provenant de contextes archéologiques (Marinval, 1999 ; Dietsch-Sellami et Matterne, 2002), est en plein essor depuis une trentaine d’années, permettant une meilleure connaissance de l’agriculture et l’alimentation végétale. Tous ces apports et ces avancées à partir de données carpologiques reposent en amont sur un travail de base qui consiste à récupérer les macrorestes végétaux, à les identifier et à les compter. Ce sont ces quantifications qui, par la suite, permettront entre autres d’établir l’importance des diverses espèces, leur diffusion et leur rôle économique au cours du temps.

Les carporestes, du fait de leur traitement (battage, grillage…), des conditions d’enfouissement et plus généralement de la taphonomie, se présentent à la fois par des restes entiers mais également des fragments. Cette fragmentation est souvent accentuée par le tamisage des sédiments archéologiques. Se pose alors le problème de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Pradat, « Le comptage des céréales et des légumineuses en carpologie : recensement des méthodes utilisées en France et essais comparatifs sur des assemblages archéobotaniques », ArcheoSciences, 39 | 2015, 51-68.

Référence électronique

Bénédicte Pradat, « Le comptage des céréales et des légumineuses en carpologie : recensement des méthodes utilisées en France et essais comparatifs sur des assemblages archéobotaniques », ArcheoSciences [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://archeosciences.revues.org/4382 ; DOI : 10.4000/archeosciences.4382

Haut de page

Auteur

Bénédicte Pradat

Inrap, UMR 7209 AASPE CNRS Muséum – 148 avenue Maginot, 37100 TOURS benedicte.pradat@inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page