Navigation – Plan du site

L’atelier de potier médiéval de la Picaudière (La Haute-Chapelle, Orne) : four, soles et combustible

Medieval potter’s workshop of la Picaudière (La Haute-Chapelle, Orne): kiln, floors and fuel
Bruno Fajal, Dominique Marguerie, Iléana Bucur et Philippe Bernouis
p. 177-184

Résumés

À la fin du xxe siècle, une prospection thématique programmée sur l’apparition et le développement de l’artisanat du grès céramique en Normandie méridionale a conduit au repérage de plusieurs ateliers de potiers médiévaux. L’atelier de la Picaudière a été mis au jour près de carrières d’argile utilisée pour fabriquer, dès la fin du xiiie siècle, les premiers grès normands.

Le four à pots, longitudinal, a livré trois soles de foyer successives. Sa datation par analyse archéomagnétique (seconde moitié du xive siècle) conforte ainsi la chronologie fournie par la typologie céramique et par les sources textuelles. Sur la sole la plus ancienne reposaient des charbons de bois de hêtre et de chêne à feuilles caduques provenant tous de bois de fort calibre.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Contexte de l’étude
Données archéologiques et chronologiques
Étude anthracologique
Conclusions

Aperçu du texte

À la fin du siècle dernier, une prospection thématique programmée sur l’apparition et le développement de l’artisanat du grès céramique, dans les confins méridionaux des départements de la Manche et de l’Orne, a conduit au repérage de plusieurs ateliers médiévaux. L’un d’eux, menacé par la poursuite de labours profonds, a fait l’objet d’une courte fouille de sauvetage dont les résultats sont pour l’essentiel inédits (Dufournier et Fajal, 1995, 78).

Contexte de l’étude

Pour répondre aux questions posées par la découverte de poteries de grès réputées normandes dans les opérations archéologiques effectuées, notamment, dans le grand ouest de la France et au Canada, le CRAHAM a mis en place dans les années 1980 un programme de recherche sur la naissance et le développement des grès en Normandie, en partant des lieux de leur production. C’est dans ce cadre qu’une prospection a été engagée, dans la régi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Fajal, Dominique Marguerie, Iléana Bucur et Philippe Bernouis, « L’atelier de potier médiéval de la Picaudière (La Haute-Chapelle, Orne) : four, soles et combustible », ArcheoSciences, 39 | 2015, 177-184.

Référence électronique

Bruno Fajal, Dominique Marguerie, Iléana Bucur et Philippe Bernouis, « L’atelier de potier médiéval de la Picaudière (La Haute-Chapelle, Orne) : four, soles et combustible », ArcheoSciences [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 30 mars 2017. URL : http://archeosciences.revues.org/4485 ; DOI : 10.4000/archeosciences.4485

Haut de page

Auteurs

Bruno Fajal

CNRS, CRAHAM-UMR 6273, Université de Caen Basse-Normandie, 14032 Caen cedex. (bruno.fajal@unicaen.fr)

Dominique Marguerie

CNRS, Laboratoire Archéosciences, UMR 6566 CReAAH, Université de Rennes 1, Beaulieu, 35042 Rennes cedex. (dominique.marguerie@univ-rennes1.fr)

Iléana Bucur

CNRS, membre honoraire de l’Institut de Physique du Globe de Paris (IPGP), UMR 7154, 1, rue Jussieu, 75238 Paris cedex 05. Étude revalidée en 2013 par Yves Gallet, IPGP.

Philippe Bernouis

Conseil général du Calvados, Service du Patrimoine, 36, rue Fred Scamaroni, 14000 Caen. (philippe.bernouis@calvados.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page