Navigation – Plan du site
In Memoriam

Maurice Picon, le GMPCA et l’archéométrie

Albert Hesse
p. 217-218

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du texte

En 1968, on ne parlait pas d’archéométrie en France. Tout au plus connaissait-on le terme anglais archaeometry qui avait été créé vers la fin des années 1950 par M. J. Aitken (Hesse, 1987 et 1990). La matière de la discipline n’était cependant pas inconnue puisque, dès 1952, A. Laming-Emperaire publiait La découverte du passé (Laming-Emperaire, 1952) où elle faisait le point sur les méthodes scientifiques qui pouvaient intervenir dans l’analyse et l’interprétation des vestiges archéologiques. Des réunions internationales avaient également lieu régulièrement à Oxford, réunissant, toujours à l’initiative de M.J. Aitken dans le cadre de son laboratoire, des spécialistes et quelques archéologues concernés. La présente note n’a pas l’intention de retracer exhaustivement cette histoire dont on trouvera la substance, entre autres, dans les quelques articles cités en bibliographie, mais seulement de rappeler la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Albert Hesse, « Maurice Picon, le GMPCA et l’archéométrie », ArcheoSciences, 39 | 2015, 217-218.

Référence électronique

Albert Hesse, « Maurice Picon, le GMPCA et l’archéométrie », ArcheoSciences [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://archeosciences.revues.org/4542

Haut de page

Auteur

Albert Hesse

Ancien Directeur de Recherches CNRS et Université Pierre et Marie Curie Paris 6

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page