Navigation – Plan du site

Les assemblages de charbons en dépôts “concentrés” : une nouvelle méthode de calcul pour améliorer leur représentativité du bois mis au feu

Charcoal Concentrations: A New Calculation Method for Improving their Reliability of the Wood Fuel
Claire Delhon
p. 7-15

Résumés

Depuis longtemps, la représentativité paléoécologique des charbons issus du combustible domestique ne fait plus débat, pour peu que le prélèvement ait porté sur les fragments dispersés dans les niveaux d’habitat, au cours d’une période de temps assez longue. Au contraire, les charbons issus de dépôts concentrés et représentatifs d’une durée d’accumulation plus courte offrent souvent un spectre taxinomique réduit plus difficile à interpréter. Pourtant, nombreux sont les sites archéologiques arasés où les charbons ne sont disponibles que sous forme d’accumulations dans des structures en creux. Les spectres anthracologiques qui en sont issus montrent souvent une surreprésentation du taxon le plus fréquent qui écrase le reste de l’information. Un mode de calcul des fréquences relatives fondé non plus sur le nombre de fragments mais sur les occurrences des taxons est donc proposé. Applicable lorsque le corpus anthracologique est composé d’un nombre important de prélèvements concentrés, il tient compte de la biodiversité des assemblages et de la fréquence de la présence des taxons, mais il s’affranchi de leur abondance absolue, en nombre de fragments. Il permet ainsi de corriger les effets de surreprésentation des taxons dominants et autorise une meilleure expression des variations des taxons secondaires.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Biais affectant les assemblages anthracologiques issus de concentrations
3. L’ubiquité : un bon indicateur de la fréquence des taxons considérés individuellement
4. Proposition d’un nouveau mode de quantification : l’abondance relative calculée sur les occurrences
Principe du calcul
Correction obtenue
5. Conclusion

Aperçu du texte

1. Introduction

Depuis longtemps, la représentativité paléoécologique des charbons de bois retrouvés en contexte archéologique et issus du combustible domestique ne fait plus débat, pour peu que le prélèvement ait porté sur les fragments dispersés dans les niveaux d’habitat, au cours d’une période de temps assez longue (Smart et Hoffman 1988, Heinz 1990, Chabal 1997, Asouti et Austin 2005). Au contraire, les charbons issus de dépôts concentrés (foyers, vidanges de foyers, fosses…) sont réputés être des indicateurs moins fiables de la composition du couvert ligneux : déposés dans un temps court voire instantané, ils offrent un spectre taxinomique réduit qu’il est difficile d’attribuer à un choix délibéré ou au simple hasard d’une récolte unique de combustible. Pourtant, de nombreux sites archéologiques n’offrent pas de niveaux de sols conservés, et les charbons n’y sont disponibles que sous forme d’accumulations dans des structures en creux : ces données anthracologiques peuvent être ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Delhon, « Les assemblages de charbons en dépôts “concentrés” : une nouvelle méthode de calcul pour améliorer leur représentativité du bois mis au feu », ArcheoSciences, 40 | 2016, 7-15.

Référence électronique

Claire Delhon, « Les assemblages de charbons en dépôts “concentrés” : une nouvelle méthode de calcul pour améliorer leur représentativité du bois mis au feu », ArcheoSciences [En ligne], 40 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 24 avril 2017. URL : http://archeosciences.revues.org/4692 ; DOI : 10.4000/archeosciences.4692

Haut de page

Auteur

Claire Delhon

CEPAM-UMR 7264 du CNRS, Université Côte d'Azur, Pôle universitaire Saint-Jean-d’Angély, SJA3, 24 avenue des Diables-bleus, 06357 Nice cedex 4 claire.delhon@cepam.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page