Navigation – Plan du site

Prospections géophysiques multi-méthodes de structures portuaires antiques à Narbonne (Aude, France)

Multi-method geophysical surveys of ancient port structures of Narbonne (Aude, France)
Vivien Mathé, Corinne Sanchez, Guillaume Bruniaux, Adrien Camus, Julien Cavero, Camille Faïsse, Marie-Pierre Jézégou, Julie Labussière et François Lévêque
p. 47-63

Résumés

Depuis 2005, une équipe interdisciplinaire de recherches tente de reconstituer la topographie du port antique de Narbonne, considéré comme un des plus grands ports de l’Empire romain. Débutées en 2007, les prospections géophysiques sont un des piliers de ce travail. Elles ont dû évoluer au fil des campagnes de mesures afin de s’adapter aux contraintes du terrain, à l’évolution des résultats et à l’émergence de nouvelles problématiques. Les structures majeures du site du Castélou / Mandirac, identifié comme étant l’embouchure aménagée d’un bras sud de l’Aude, ont été repérées puis confirmées par la fouille. Deux jetées parallèles construites en milieu humide sur une longueur de plus d’1,5 km encadrent un chenal large de 50 m et profond de 4 m. D’une largeur de 15 m à 25 m, elles sont aménagées en chaussée dès la fin du Ier siècle par l’apport de quantités considérables de matériaux et de milliers de pieux en bois qui viennent renforcer leurs berges. Les traces d’activités portuaires y sont nombreuses. Nulle part dans le monde romain, des constructions de cette ampleur pour canaliser un fleuve n’ont été mises au jour. Elles soulignent la volonté de maîtriser un milieu fluctuant afin d’assurer une stabilité et une pérennité de ce lieu d’échanges, finalement abandonné à la fin du ve siècle.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Méthodes
Prospections électromagnétiques de type Slingram
Sections de résistivité électrique
Prospections magnétiques
Essais au pénétromètre dynamique
3. Résultats et confrontation aux vérifications archéologiques et géomorphologiques
3.1. Cartographie électromagnétique Slingram (2007-2010)
Identification des anomalies de conductivité par la fouille (2008-2013)
Sections de résistivité électrique (2015)
Cartographie magnétique (2010-2013)
Identification de trois anomalies magnétiques par la fouille (2011-2013)
Pénétrométrie dynamique (2011-2013)
4. Discussion
Sur la nécessité d’adapter la méthodologie
Apports mutuels des prospections géophysiques et des fouilles
Apport mutuels des prospections géophysiques et des investigations géomorphologiques
5. Conclusions et perspectives

Aperçu du texte

1. Introduction

Le port antique de Narbonne est considéré comme l’un des plus importants du monde romain en Méditerranée occidentale. Pendant l’Antiquité, Narbonne était située au carrefour de routes majeures, notamment la Via Domitia et la voie d’Aquitaine, mais également à proximité de l’embouchure du fleuve Aude. La vallée de l’Aude offrait un axe majeur de pénétration vers l'intérieur des terres, et au-delà, vers les régions de l’Atlantique. Elle était ainsi située sur la route reliant la Méditerranée aux Iles Britanniques, un axe très prisé notamment pour le commerce de l’étain.

Malgré la grandeur du site, à la fin du xxe siècle, la topographie, l’environnement et l’organisation des structures portuaires de Narbonne n’étaient toujours que très peu renseignées. L’importance de l’activité maritime était principalement connue grâce aux auteurs antiques tels que Strabon, Posidonius...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vivien Mathé, Corinne Sanchez, Guillaume Bruniaux, Adrien Camus, Julien Cavero, Camille Faïsse, Marie-Pierre Jézégou, Julie Labussière et François Lévêque, « Prospections géophysiques multi-méthodes de structures portuaires antiques à Narbonne (Aude, France) », ArcheoSciences, 40 | 2016, 47-63.

Référence électronique

Vivien Mathé, Corinne Sanchez, Guillaume Bruniaux, Adrien Camus, Julien Cavero, Camille Faïsse, Marie-Pierre Jézégou, Julie Labussière et François Lévêque, « Prospections géophysiques multi-méthodes de structures portuaires antiques à Narbonne (Aude, France) », ArcheoSciences [En ligne], 40 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 25 mai 2017. URL : http://archeosciences.revues.org/4732 ; DOI : 10.4000/archeosciences.4732

Haut de page

Auteurs

Vivien Mathé

(auteur correspondant)UMR 7266 LIENSs Université de La Rochelle – CNRS, 2 rue Olympe de Gouges, F-17000 La Rochelle. vivien.mathe@univ-lr.fr

Articles du même auteur

Corinne Sanchez

UMR 5140 ASM Université Montpellier 3 – CNRS – MCC, 390 avenue de Pérols, F-34970 Lattes. corinne.sanchez@cnrs.fr

Guillaume Bruniaux

UMR 7266 LIENSs Université de La Rochelle – CNRS, 2 rue Olympe de Gouges, F-17000 La Rochelle. guillaume.bruniaux@univ-lr.fr

Adrien Camus

ADERA, 162 Avenue Albert Schweitzer, CS 60040, F-33608 PESSAC CEDEX – UMR 7266 LIENSs Université de La Rochelle – CNRS, 2 rue Olympe de Gouges, F-17000 La Rochelle. adrien.camus@univ-lr.fr

Articles du même auteur

Julien Cavero

labex TransferS, École normale supérieure, 29 rue d’Ulm, F-75230 Paris cedex 05. juliencavero@gmail.com

Camille Faïsse

Archeodunum SAS, 8 allée Michel de Montaigne, F-31770 Colomiers – UMR 5140 ASM Université Montpellier 3 – CNRS – MCC, 390 avenue de Pérols, F-34970 Lattes. fcamille@live.fr

Marie-Pierre Jézégou

DRASSM, 147 plage de l'Estaque, F-13016 Marseille – UMR 5140 ASM Université Montpellier 3 – CNRS – MCC, 390 avenue de Pérols, F-34970 Lattes. marie-pierre.jezegou@culture.gouv.fr

Julie Labussière

UMR 5140 ASM Université Montpellier 3 – CNRS – MCC, 390 avenue de Pérols, F-34970 Lattes. julie.labussiere@gmail.com

François Lévêque

UMR 7266 LIENSs Université de La Rochelle – CNRS, 2 rue Olympe de Gouges, F-17000 La Rochelle. francois.leveque@univ-lr.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page