Navigation – Plan du site

Le complexe minier gaulois des Barrencs (Aude, France) dans son contexte géologique et minéralogique

The Barrencs Gallic mining network (Aude, France) in its geological and mineralogical context
Gabriel Munteanu, Eric Kammenthaler, Julien Mantenant, Christian Rico, Jean-Marc Fabre et Argitxu Beyrie
p. 163-180

Résumés

Les travaux miniers anciens des Barrencs, situés dans la vallée de l’Orbiel sur un plateau qui sépare les villages de Lastours et de Fournes-Cabardès (Aude), ont été découverts dès la fin du xixe siècle. Pendant plus d’un siècle ils ont été présentés comme l’œuvre des Romains. Entre 2009 et 2012 les travaux miniers ont fait l’objet d’un projet de recherche porté par une équipe spécialisée dans l’archéologie minière du laboratoire TRACES de l’université de Toulouse 2-Jean Jaurès. Les recherches ont mis en évidence un vaste complexe minier qui a exploité des structures filoniennes verticales à sub-verticales démontrant une parfaite organisation et un haut niveau technique de la part des mineurs. Cette nouvelle étude a permis de faire remonter la plus grande partie de l’activité minière au second âge du Fer. L’étude géologique menée en interaction directe avec les investigations archéologiques démontre une excellente maîtrise de l’exploitation, basée sur une bonne connaissance géologique empirique. Elle a guidé les anciens mineurs lors de la reconnaissance du gisement et, par la suite, pour l’exploitation des zones riches. Les analyses minéralogiques et élémentaires réalisées sur un échantillonnage systématique conduit au sein des travaux étudiés mettent en évidence une minéralisation épithermale riche en cuivre, argent et plomb. La composition minéralogique des minerais du gisement est dominée par la pyrite, la chalcopyrite, les « cuivres gris » argentifères, la galène et la galène argentifère, la sphalérite et des sulfures de cuivre souvent argentifères. Des sulfures et des sulfosels complexes d’argent, de cuivre et de plomb constituent la fraction mineure. Il ressort que pour les anciens mineurs, le minerai exploité était riche en cuivre, en argent et en plomb. Mais, la mine est loin d’avoir révélé tous ses secrets et des recherches complémentaires seront nécessaires pour estimer les volumes de minerai extrait, les modalités de traitement des minerais, le type de production ou le commerce.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
Localisation et historique des recherches
Les Barrencs, une vaste mine du second âge du Fer à l’Antiquité
Objectifs et méthodologie
2. Apports de l’analyse géo-archéologique
La structure filonienne du Mourral de la Grave
Contexte géologique général
Le contrôle tectonique de la minéralisation
Les textures de minéralisation
Nature et distribution spatiale de la minéralisation Cu-Ag-Pb du Mourral de la Grave
Les teneurs en métaux du minerai
Composition minéralogique des corps filoniens
L’influence des facteurs gîtologiques et minéralogiques sur l’architecture et la dynamique de l’exploitation
3. Conclusions et perspectives

Aperçu du texte

1. Introduction

Localisation et historique des recherches

À seulement quelques kilomètres au nord de Carcassonne, dans les terrains appartenant aux contreforts sud de la Montagne Noire, se situe le riche district polymétallique de Salsigne (figure 1b), notamment très connu pour l’exploitation de l’or et de l’arsenic tout au long du siècle passé. Précédemment jusqu’à la fin du xixe s., moment de la découverte de l’or, l’intérêt des exploitants miniers s’était porté sur d’autres métaux, notamment sur le fer, l’argent, le cuivre et le plomb. Pour l’époque antique, de nombreux centres sidérurgiques sont aujourd’hui bien connus pour la production du fer tiré de « chapeaux de fer » situés sur le versant méridional de la Montagne Noire (20 km au nord de Salsigne) et formés au-dessus des gisements primaires de pyrite et d’arsénopyrite (Domergue et al., 1993 ; Decombeix et al., 2001 ; en dernier lieu, Fabre, Domergue et Dabosi [dir.], 2016).

En 1893, M. Esparseil, « l’inventeur » de l’or à Sals...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriel Munteanu, Eric Kammenthaler, Julien Mantenant, Christian Rico, Jean-Marc Fabre et Argitxu Beyrie, « Le complexe minier gaulois des Barrencs (Aude, France) dans son contexte géologique et minéralogique », ArcheoSciences, 40 | 2016, 163-180.

Référence électronique

Gabriel Munteanu, Eric Kammenthaler, Julien Mantenant, Christian Rico, Jean-Marc Fabre et Argitxu Beyrie, « Le complexe minier gaulois des Barrencs (Aude, France) dans son contexte géologique et minéralogique », ArcheoSciences [En ligne], 40 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 17 août 2017. URL : http://archeosciences.revues.org/4839 ; DOI : 10.4000/archeosciences.4839

Haut de page

Auteurs

Gabriel Munteanu

Université de Toulouse 2-Jean Jaurès, TRACES-UMR 5608 CNRS, 5 allée Antonio Machado, 31058 Toulouse. gbmunt@gmail.com

Eric Kammenthaler

IKER Archéologie et Patrimoine, Pelosastrea, 64780 Saint-Martin-d'Arrossa, membre associé CNRS-TRACES-UMR 5608. eric.kammenthaler@iker-archeologie.com

Articles du même auteur

Julien Mantenant

ACTER Archéologie, 1 rue du Marché de Gros, 66370 Pézilla-la-Rivière, membre associé CNRS-TRACES-UMR5608. mantenantjulien@yahoo.fr

Christian Rico

Université de Toulouse 2-Jean Jaurès, TRACES-UMR 5608 CNRS, 5 allée Antonio Machado, 31058 Toulouse. rico@univ-tlse2.fr

Jean-Marc Fabre

Université de Toulouse 2-Jean Jaurès, TRACES-UMR 5608 CNRS, 5 allée Antonio Machado, 31058 Toulouse. jfabre@univ-tlse2.fr

Argitxu Beyrie

IKER Archéologie et Patrimoine, Pelosastrea, 64780 Saint-Martin-d'Arrossa, membre associé CNRS-TRACES-UMR 5608. argitxu.beyrie@iker-archeologie.com

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page