Navigation – Plan du site

Pierres, mortiers et parements de la tour des Minimes au regard du compte de construction de 1495-1496, des investigations archéologiques et des analyses pétrographiques

Amboise Tour des Minimes stones, mortars and facing of walls. Comparative study of the 1495-1496 account book, archeology research and petrographic analysis
Lucie Gaugain, Jean-Gabriel Bréheret, Jean-Michel Mechling et Daniel Prigent
p. 25-43

Résumés

Le chantier de Charles VIII (1483-1498) au château d’Amboise se déroula entre 1492 et 1498. L’année 1495-1496 est documentée par un livre de compte concernant notamment la tour cavalière des Minimes, aujourd’hui bien conservée. L’étude croisée du bâti, du livre de compte, des pierres de taille (pétrographie et statistique), des mortiers (granulométrie et analyses de la chaux) et du badigeon recouvrant les joints a nécessité la mise en place d’une méthodologie précise, demandant de continuels échanges entre historiens de l’architecture, géologues et archéologues. Ces investigations permettent d’identifier les dénominations des pierres et le vocabulaire technique en usage à la fin du Moyen Âge. Mais bien au-delà, elles démontrent l’intervention probable d’un appareilleur, l’organisation du chantier régi en plusieurs pôles et ateliers, ainsi que son rythme très soutenu puisque, pour la seule tour, plus de 15 m de maçonneries voûtées furent élevées. Ce fut possible grâce à la connaissance empirique des matériaux qu’avaient les hommes œuvrant à la construction, à la qualité des matériaux employés et à la remarquable mise en œuvre qui en fut faite. Il en résulte un ouvrage hors du commun, d’une rare audace où quatre révolutions et demie de voûtes d’ogives montent autour d’un noyau creux.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction : présentation et enjeux de l’étude
2. Protocole expérimental
3. Étude des pierres : dénomination dans le livre de compte et caractéristiques pétrographiques
Pierres rapportées au Tuffeau Blanc
Pierres rapportées au Tuffeau Jaune
L’altération des pierres en œuvre
Décompte, identification et usages des pierres
4. Mise en œuvre
Appareil
Mortiers : distribution granulométrique et teneur en chaux
5. La chaux des mortiers et des badigeons : nature et fonction
Aspects macro et microscopiques
Analyses chimiques et minéralogiques
Approvisionnement en chaux
6. Conclusion

Aperçu du texte

1. Introduction : présentation et enjeux de l’étude

Le compte de construction du château d’Amboise couvre la période octobre 1495-septembre 1496. Constitué de 285 folios, il livre nombre de renseignements sur l’organisation du chantier, son rythme, les acteurs et les matériaux mis en œuvre. Cependant, pour ces derniers, si les quantités sont précisément décomptées, leur destination apparaît bien rarement, en particulier pour la pierre. Les onze lieux d’extraction de la pierre mentionnés dans le texte peuvent être localisés avec une relative exactitude (figure 1). L’ensemble des pierres provenant de Saint-Aignan (Loir-et-Cher), Les Terriz (Loir-et-Cher), Bourré (Loir-et-Cher), Belleroche (Loir-et-Cher), Lussault (Indre-et-Loire), Malvau (Indre-et-Loire), Les Caves (Indre-et-Loire), Limeray (Indre-et-Loire) et Saumur (Maine-et-Loire) est livré au port d’Amboise, à l’exception de la p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Gaugain, Jean-Gabriel Bréheret, Jean-Michel Mechling et Daniel Prigent, « Pierres, mortiers et parements de la tour des Minimes au regard du compte de construction de 1495-1496, des investigations archéologiques et des analyses pétrographiques », ArcheoSciences, 41-1 | 2017, 25-43.

Référence électronique

Lucie Gaugain, Jean-Gabriel Bréheret, Jean-Michel Mechling et Daniel Prigent, « Pierres, mortiers et parements de la tour des Minimes au regard du compte de construction de 1495-1496, des investigations archéologiques et des analyses pétrographiques », ArcheoSciences [En ligne], 41-1 | 2017, mis en ligne le 21 juin 2019, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://archeosciences.revues.org/4868 ; DOI : 10.4000/archeosciences.4868

Haut de page

Auteurs

Lucie Gaugain

Enseignante en Histoire de l’Art à l’université François-Rabelais de Tours, Docteure en Histoire de l’Art, Chercheuse associée au CESR – UMR/CNRS 7323, Chercheuse invitée de l’INHA, Ingénieure d'études au CESRProfesseur de Géologie, université François-Rabelais de Tours, EA 6293, Laboratoire GéHCO

Jean-Gabriel Bréheret

Professeur de Géologie, université François-Rabelais de Tours, EA 6293, Laboratoire GéHCO

Jean-Michel Mechling

Maitre de conférences, Université de Loraine, Institut Jean Lamour, UMR/CNRS 7198, Equipe Matériaux pour le Génie Civil (Nancy – France)

Daniel Prigent

Pôle archéologique, Service du Patrimoine, Conseil départemental de Maine-et-Loire, Chercheur associé de l’UMR 6298 ArTeHiS

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page