Navigation – Plan du site
Notes

L'apport de l'archéologie des matériaux aux problèmes de chronologie des inondations du XXe siècle autour de la Méditerranée

Jean-Louis Ballais, Virginie Delorme-Laurent, Hélène Aimon, Florent Delorme, Noômène Fehri et Jaoued Gartet
p. 163-166

Résumés

Les inondations du dernier quart du XXe siècle en France méditerranéenne ont retenu l'attention des pouvoirs publics par leur caractère catastrophique. Dans le but d'en améliorer la prévision, il est apparu nécessaire de tenter de reconstituer leur histoire récente, en particulier au XXe siècle. A côté de la méthode archéologique, de la recherche d'archives pratiquée dès le XIXe siècle (Champion, 1863), de la thermoluminescence et de l'O.S.L., et de l'analyse toute récente des cosmonucléides pour la deuxième moitié du siècle (Bonté et al., 2001), l'utilisation des matériaux inclus dans les alluvions de débordement paraît tout aussi efficace, à condition de pouvoir la coupler avec une connaissance historique de ces inondations. En effet, les matériaux mis au point ou inventés récemment permettent de donner un âge maximum aux dépôts : c'est le cas de matériaux « classiques » comme la faïence de Digoin (sur le Gardon), mais aussi d'autres matériaux comme le goudron (en Tunisie centrale et méridionale) ou la matière plastique (sur l'Ognon, affluent de l'Aude ou en Tunisie centrale). Des objets caractéristiques jouent le même rôle : isolateur de ligne électrique (sur l'Ognon), sachet de thé et boîte de conserve de concentré de tomate (Tunisie), bouteille d'huile en plastique (Maroc septentrional). Confrontés à la chronologie connue (par enquête orale ou par recherche d'archives) des inondations, ces matériaux et objets ont permis d'attribuer des dépôts alluviaux aux grandes inondations de 1929 et 1958 en Languedoc et 1969 en Tunisie.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 31 décembre 2007.

1Les inondations du dernier quart du XXe siècle en France méditerranéenne ont retenu l'attention des pouvoirs publics par leur caractère catastrophique. Dans le but d'en améliorer la prévision, il est apparu nécessaire de tenter de reconstituer leur histoire récente, en particulier au XXe siècle. A côté de la méthode archéologique, de la recherche d'archives, de la thermoluminescence et de l'O.S.L., et de l'analyse des cosmonucléides, l'utilisation des matériaux inclus dans les alluvions de débordement paraît tout aussi efficace, à condition de pouvoir la coupler avec une connaissance historique de ces inondations.

1. Les limites de méthodes éprouvées

1.1. La méthode archéologique

2Cette méthode a été appliquée précocement à la datation des dépôts de crue, en application du principe fondamental de la stratigraphie : dans une série sédimentaire non perturbée, un dépôt est plus ancien que celui qui le surmonte. Appliquée à des vestiges archéologiques, on obtient : une structure construite est plus ancienne que les dépôts qui la surmontent. De bons exemples ont été fournis autour de la Méditerranée, en particulier par C. Vita-Finzi (1969). Cette méthode est de pratique courante en archéologie et géoarchéologie. Elle fournit un terminus ante quem pour les dépôts de crue, mais le décalage chronologique avec ces derniers atteint souvent plusieurs siècles (exemples récents en Tunisie (Ballais, 1991), à Vaison-la-Romaine (Vaucluse) (Ballais, 1992), à Olonzac (Hérault) (Delorme, 2003), à La Redorte (Aude) (Delorme, 2004)).

1.2. L'étude des archives

3Dans le domaine de la connaissance des crues, elle a été pratiquée dès le XIXe siècle (Champion, 1863). Limitée, sauf exception, à la période moderne et contemporaine, elle constitue souvent une méthode indispensable et bien adaptée à la recherche d'inondations du XXe s. En effet, les conditions qu'elle suppose : présence d'observateurs, témoignage écrit, conservation du témoignage écrit, sont souvent réunies au XXe s., à la différence des siècles précédents. Coûteuse en temps, elle souffre du peu d'intérêt des historiens, encore que le vaste mouvement scientifique autour de l'environnement, depuis le livre fondateur d'Emmanuel Leroy Ladurie (1967) en attire de plus en plus (Pichard, 1999).

1.3. La thermoluminescence et l'O.S.L.

4Ces méthodes très récentes peuvent, en principe, fournir des datations pour le XXe siècle, mais avec une marge d'erreur souvent telle qu'elles ne permettent pas de discriminer entre deux dépôts d'inondation. Elles présentent l'avantage de dater directement les dépôts d'inondation. Coûteuses, elles restent en partie limitées également par la granulométrie des quartz nécessaires car les dépôts d'inondation sont plus souvent argilo-limoneux que sableux.

1.4. Les cosmonucléides

5Toute récente, cette méthode, comme la précédente, présente l'avantage de s'appliquer directement aux dépôts d'inondation, par l'intermédiaire de leur contenu en cosmonucléides (Bonté et al., 2001). C'est la comparaison entre l'évolution de la teneur de ces cosmonucléides et le calendrier des essais nucléaires, ainsi que l'accident de Tchernobyl, qui permet la datation des dépôts. La principale limite de la méthode est évidemment l'existence de cosmonucléides artificiels qui n'apparaît qu'avec les premières explosions nucléaires, en 1945.

2. Les objets et matériaux contenus dans les alluvions de débordement

6L'observation des objets et des matériaux transportés par les inondations récentes autour de la Méditerranée montre une très grande variété qui peut être mise à profit pour une datation. Il s'agit, en fait, d'une adaptation de méthodes archéologiques au XXe s.

7Parmi les objets, il en existe de très volumineux comme des caravanes ou une automobile (Ouvèze et Groseau, 22 septembre 1992), mais qui ne se sédimentent pas dans les dépôts. Plus utiles sont des objets de petite taille, mécaniquement durs et facilement reconnaissables : objets archéologiques habituels : tuile, brique, céramique, mais aussi bouteilles, boîtes de conserve, raquettes de tennis, pots de yaourt et même les fragiles sachets de thé. Les plus efficaces sont ceux qui conservent encore leur date de fabrication ou de péremption.

8Les matériaux transportés sont moins divers mais tout aussi utilisables : béton, ciment, goudron et plastique.

Figure 1
Figure 1

Figure 1Figure 1

Coupe du lit majeur de l'Ognon à Olonzac (Hérault).
Section of the Ognon flood plain (Olonzac, Hérault).

2.1. Exemples dans les lits majeurs ordinaires

9A Olonzac (Hérault), l'Ognon a déposé 1,50 à 2 m d'alluvions sur une voie romaine (Delorme, 2003). L'examen détaillé des coupes dans ces alluvions (fig. 1) a montré la généralité de la présence de fragments de céramique, en particulier de céramique tournée vernissée. A environ 1 m de profondeur, a été dégagé un gros fragment d'isolateur électrique en verre utilisé probablement depuis le dernier quart du XIXe s. (C. Michel, communication orale). Au-dessus, vers 1 m de profondeur, une grande feuille de plastique, probablement du type de celui utilisé pour les serres depuis la deuxième moitié du XXe s., a été également dégagée. En comparant ces repères avec le calendrier des inondations établi par une recherche d'archive, on peut donc attribuer le dépôt contenant l'isolateur à la crue de 1929 ou à celle de 1930 et celui à feuille de plastique à la crue de 1999.

10En Tunisie centrale, sur l'oued Chaâl-Tarfaoui (Fehri, 2003), au-dessus des alluvions de la très basse nappe alluviale historique, s'individualisent un à plusieurs décimètres de dépôts sableux clairs, bien lités, contenant des fragments de goudron de route, des sachets de thé et des boîtes de conserve de concentré de tomate (fig. 2), tous évidemment postérieurs à la colonisation française (1881). La seule grande crue connue de l'oued Chaâl-Tarfaoui au XXe siècle étant celle de 1969, c'est donc à elle qu'il faut attribuer ces dépôts.

11L'oued Ouerrha est un des principaux cours d'eau du Rif occidental au Maroc (Gartet, 2001). Il traverse surtout des régions rurales qui fournissent peu de matériaux ou d'objets caractéristiques. Cependant, dans les dépôts sableux de son lit majeur, on observe, vers 1,50 m de profondeur, une bouteille d'huile en plastique, entière, ayant conservé son étiquette, mais il n'a malheureusement pas été possible de retrouver sa date de fabrication.

2.2. Exemples dans les lits majeurs exceptionnels

12Représentés uniquement sur des surfaces réduites, ces lits majeurs exceptionnels ne fonctionnent que très rarement. Ils peuvent cependant permettre de déterminer les caractéristiques des alluvions accumulées lors des crues rares à exceptionnelles.

13A l'aval de la Gardonenque, avant son entrée dans ses gorges, la vallée du Gardon s'élargit considérablement. Là, à Saint Geniès de Malgoirès, sur quelques hectares, elle présente un lit majeur exceptionnel (Aimon, 2003). Dans la coupe de son talus de raccordement avec le lit majeur ordinaire, observée en 2001, des matériaux divers (brique, tuile, fragments de béton) sont organisés en lentille et accompagnés d'un fragment de faïence triangulaire de deux à trois centimètres de côté : il s'agit d'une faïence de Digoin postérieure à 1877 (Musée de la Faïence de Sarreguemines, communication écrite). La seule très grande crue du Gardon postérieure à 1877 étant celle de 1958, c'est donc cette dernière qui a contribué à l'accumulation de ce lit majeur exceptionnel. Ce type de fonctionnement du lit majeur exceptionnel a été confirmé lors de la crue rare de 2002.

14En Tunisie centrale, l'oued Leben est l'un des plus importants, connu, en particulier, par sa très grande crue de 1969 (Ballais, 1973). Au nord de Mezzouna, en rive convexe de méandre, s'observe un très vaste lit majeur exceptionnel, environ un mètre au-dessus du lit majeur ordinaire. Il présente un faciès très comparable à celui de l'oued Chaâl-Tarfaoui, plus à l'est, mais beaucoup plus développé : sur un mètre d'épaisseur au moins, des sables fins, homogènes, en lits subhorizontaux réguliers. Il contient également, très localement, quelques graviers, parmi lesquels des fragments de goudron de route. Ce lit majeur exceptionnel a donc été entièrement construit par les crues de l'automne 1969.

3. Conclusion

15Moins sophistiquée que les méthodes plus traditionnellement utilisées, peu coûteuse, l'utilisation des objets et matériaux contenus dans les dépôts d'inondation du XXe siècle autour de la Méditerranée fournit un terminus ante quem pour l'âge de l'inondation. Ce dernier ne peut être obtenu que grâce à la connaissance, en parallèle, de la chronologie de ces événements qui, en général, est obtenue facilement par une recherche d'archives (en France), ou par l'enquête orale (Tunisie, Maroc).

16Il est ainsi possible d'attribuer des caractéristiques géomorphologiques à chaque crue, en particulier l'épaisseur des dépôts, nécessaire à une modélisation de l'évolution prévisible au XXIe s. des plaines alluviales fonctionnelles autour de la Méditerranée.

Figure 2
Figure 2

Figure 2Figure 2

Coupe du lit majeur de l'oued Chaâl-Tarfaoui à Bordj La Gare (Tunisie).Section of the wadi Chaâl-Tarfaoui flood plain (Bordj La Gare, Tunisia).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aimon, H., 2003 - Détermination d'un niveau intermédiaire dans la plaine alluviale du Gardon (St Geniès-de-Malgoirès, Gard), mémoire de DEA, Université de Provence.

Ballais, J.-L., 1973 - Les inondations de 1969 en Tunisie méridionale, Bull. Soc. Hist. Nat. Afr. Nord, Alger, 64, 3 et 4, 99-128.

Ballais, J.-L., 1991 - Les terrasses historiques de Tunisie, Zeitschrift für Geomorphologie, Suppl.-Bd. 83, 221-226.

Ballais, J.-L., 1992 - Rapport sur les observations effectuées dans le secteur de Pomorol à Vaison-la-Romaine le 29 juin 1992, multigraphié, 2 p.

Bonte, P., Ballais, J.-L., Masson, M., Ben Kehia, H., Eyraud, C, Garry, G., Ghram, A., 2001 - Datations au 137Cs, 134Cs et 210 Pb de dépôts de crues du XXe siècle, in Barrandon, J.-N., Guibert, P., Michel, V., éds Datation, APDCA, Amibes, 141-157.

Champion, M., 1863 - Les inondations en France depuis le VIe siècle jusqu 'à nos jours, Dunod, Paris.

Delorme, F., 2003 - Les inondations à Olonzac (Hérault), caractérisation et évolution du risque hydrologique, mémoire de maîtrise, Université de Provence.

Delorme, F., 2004 - L'évolution des lits majeurs des cours d'eau méditerranéens : le cas de l'Ouvèze (Vaucluse) et de l'Argent-Double (Aude), mémoire de DEA, Université de Provence.

Fehri, N., 2003 - Les rapports entre les processus morphogéniques et les pratiques agro-pastorales dans la plaine oléicole de Sfàx : exemple du bassin versant de l'oued Chaal-Tarfaoui (Plaine de Sfax -Tunisie centro-orientale), thèse de doctorat, Université de Provence.

Gartet, J., 2001 - Contribution à la connaissance de la dynamique fluviatile au Pléistocène supérieur et à l'Holocène dans la vallée de l’Ouerrha. Etude des dépôts des basses et très basses terrasses de l'Ouerrha (Rif, Maroc), thèse de doctorat, Université de Provence.

Le Roy Ladurie, E., 1967 - Histoire du climat depuis l'an mil, Flammarion, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pichard, G., 1999 - Les crues sur le bas Rhône de 1500 à nos jours. Pour une histoire hydro-climatique, Méditerranée, 3.4, 105-116.
DOI : 10.3406/medit.1995.2908

Vita-Finzi, C, 1969 - The Mediterranean Valleys : Geological Changes in Historical Times, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1Figure 1
Légende Coupe du lit majeur de l'Ognon à Olonzac (Hérault).Section of the Ognon flood plain (Olonzac, Hérault).
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/673/img-1.png
Fichier image/png, 758k
Titre Figure 2Figure 2
Légende Coupe du lit majeur de l'oued Chaâl-Tarfaoui à Bordj La Gare (Tunisie).Section of the wadi Chaâl-Tarfaoui flood plain (Bordj La Gare, Tunisia).
URL http://archeosciences.revues.org/docannexe/image/673/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 723k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Ballais, Virginie Delorme-Laurent, Hélène Aimon, Florent Delorme, Noômène Fehri et Jaoued Gartet, « L'apport de l'archéologie des matériaux aux problèmes de chronologie des inondations du XXe siècle autour de la Méditerranée », ArcheoSciences, 29 | 2005, 163-166.

Référence électronique

Jean-Louis Ballais, Virginie Delorme-Laurent, Hélène Aimon, Florent Delorme, Noômène Fehri et Jaoued Gartet, « L'apport de l'archéologie des matériaux aux problèmes de chronologie des inondations du XXe siècle autour de la Méditerranée », ArcheoSciences [En ligne], 29 | 2005, mis en ligne le 31 décembre 2007, consulté le 28 août 2014. URL : http://archeosciences.revues.org/673

Haut de page

Auteurs

Jean-Louis Ballais

CEGA-UMR ESPACE, Université de Provence, 29 avenue Robert Schuman, 13621 AIX-EN-PROVENCE Cedex 1. ballais@up.univ-aix.fr

Virginie Delorme-Laurent

CEGA-UMR ESPACE, Université de Provence, 29 avenue Robert Schuman, 13621 AIX-EN-PROVENCE Cedex 1. laurentvirgo@yahoo.fr

Hélène Aimon

CEGA-UMR ESPACE, Université de Provence, 29 avenue Robert Schuman, 13621 AIX-EN-PROVENCE Cedex 1. helene.aimon@nomade.fr

Florent Delorme

CEGA-UMR ESPACE, Université de Provence, 29 avenue Robert Schuman, 13621 AIX-EN-PROVENCE Cedex 1. florentdelorme@yahoo.fr

Noômène Fehri

Département de géographie, Faculté des Lettres de la Manouba, TUNIS, Tunisie, fehri_n@yahoo.fr

Jaoued Gartet

Département de géographie, Université de Taza, Maroc, j.gartet@eudoramail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page